page d'accueil d'admiroutes L'affaire Erika et internet
Fedelinfonet. Spécial Erika
retour vers accueil affaire Erika et internet
8 pages par Alain Uguen 21-12-1999

Cette publication aléatoirement hebdomadaire est réalisée par Alain UGUEN Secrétaire de la FEdération Des Elus Locaux pour une alternative écologiste, solidaire et citoyenne dont le site se trouve à www.fedel.org. La FEDEL participe à l'élaboration d'un portail sur le développement durable dont l'embryon se trouve à www.ecocyt.org

Cette publication est destinée:

Toutes les infos que vous souhaitez trouver dans ce bulletin sont à adresser à alain.uguen@wanadoo.fr

SOMMAIRE

1 DU COTE DES VILLES ET DES CAMPAGNES
1-1 Voeu au conseil municipal de Kemper
2 REUNION du 18 décembre à KEMPER
3 MOBILISATIONS
3-1 Manifestations le mardi 21 décembre
3-1-1 BREST
3-1-2 KEMPER
3-2 PETITION : LE CAPITAINE DE L'ERIKA DOIT SORTIR DE PRISON
3-3 Cellule Civile d'Information mercredi 22 décembre 1999 à La-Couarde/Mer sur l'île de Ré
4 DU COTE DES ASSOCIATIONS
4-1 Groupe Ornithologique Normand
4-2 Le CIELE
4-3 FNE
4-4 SEPANSO
5 SUR LE NET

1 DU COTE DES VILLES ET DES CAMPAGNES

Voeu au conseil municipal de Kemper

Voeu : nouvelle catastrophe maritime au large de la Cornouaille

Le naufrage du pétrolier Erika au large de la Cornouaille préfigure une nouvelle catastrophe écologique et économique. Bien que des progrès dans la surveillance et la lutte contre la pollution aient été réalisés depuis une vingtaine d'année, le pétrole échappé et celui encore enfermé dans les deux parties du navire nous font craindre une prochaine marée noire.

Le conseil municipal de Quimper exprime son émotion et sa solidarité envers tous ceux qui sont ou seront touchés par cette pollution, en particulier les professionnels de la mer et les populations riveraines.

Il demande aux autorités de prendre toutes les mesures afin de limiter les conséquences du naufrage, notamment par la récupération du pétrole encore dans les soutes du navire.

Il demande que des mesures de prévention efficaces soient prises rapidement (réglementation du transport maritime, formation des marins, responsabilisation accrues des armateurs et affréteurs).

Il condamne le recours aux pavillons de complaisances responsables d'une déréglementation du transport maritime méprisant la sécurité pour un plus grand profit financier.

2 REUNION du 18 décembre à KEMPER

Excuses, remerciements, encouragements de Pierre URVOY, Marc SAWICKI, Pascal Raevel, Michel Thomas, Michel Briand, Pascal Farcy (actualités de la nature), d'ADES Grenoble, de Jean Yvon Landrac, de Chantal Duchêne, de Catherine BOUDIGOU qui propose de travailler sur l'idée d'une cyberaction, de responsables associatifs (voir plus loin), de Domi Bernard Excuses du Comité des pêches du Guilvinec

Réflexion de : Jean-Yves PIRIOU <Jean.Yves.Piriou@ifremer.fr

" Merci pour ton mail d'information . Malheureusement je ne pourrais me rendre à Quimper le samedi 18 . Ce que je peux dire :

-on peut avoir des doutes sur la validité des contrôles qui ont été réalisés sur ce pétrolier . Il faudrait donc revoir ce système de contrôle par des organismes réellement indépendants et objectifs .

-le CEDRE , qui a été créé pour trouver des moyens techniques pour lutter contre les marées noires , n'a pas assuré sa mission . Il n'a pas su répondre à une question posée immédiatement : comment récupérer ce pétrole en mer ? C'est la Marine qui teste des pompes en mer ... et çà ne marche pas . Il a préféré dire tout de suite qu'il n'y avait pas de danger de marée noire ... avant de corriger le tir .( On a en souvenir le nuage de Tchernobyl qui s'est arrêté à la frontière française ) .

Il faut savoir que le CEDRE est en partie financé par les Compagnies pétrolières et que son Comité Stratégique est présidé par ELF .Quelle liberté de manoeuvre dans ces conditions ? Il faudrait donc revoir la structure même du CEDRE pour lui assurer une autonomie par rapport aux pétroliers et lui donner des moyens pour faire des simulations en mer ( avec l'aide des navires d'IFREMER ).

-en cas d'échouage du pétrole à la côte , pour évaluer les dégâts , on manque d'un état des lieux complet sur le littoral ( cartographie des espèces présentes ) ...".

Présents:  des représentants de la FEDEL, des Verts, de la LPO, de la SEPNB, de l'UDB, du PC, de BAGA, de l'Autre Gauche, ,de la LCR

Après un tour d'horizon qui a fait apparaitre un accord sur le constat, les participants ont décidé:

1 de signer à titre individuel la pétition demandant la libération du capitaine de l'Erika

2 d'appeler à des manifestations dans tous les départements côtiers

3 d'appeler à un boycott symbolique de TOTAL FINA

3 MOBILISATIONS

3-1 Manifestations le mardi 21 décembre

3-1-1 BREST Marées noires, cargaison explosive du Junior M,... ça suffit !
Vingt ans après l'Amoco-Cadix, l'inconséquence des armateurs et compagnies pétrolières, la prolifération des pavillons de complaisance produisent une nouvelle catastrophe maritime : 30 000 tonnes de fuel lourd s'échappent des deux morceaux de tanker coulés au large de Penmac'h qui apportent une mort noire et atroce pour des milliers d'oiseaux et d'animaux marins. Bientôt les côtes du littoral français vont revivre des heures de désolation. La politique du « toujours moins cher » et du "profit maximum", logiques du système économique mondial actuel expliquent en grande partie ces marées noires  successives.

A Brest, depuis près de 3 mois le cargo "poubelle" Junior M ", chargé d'une cargaison de 7 000 tonnes de nitrates d'ammonium du même produit, est à quai dans le port de Brest aux pieds d'une agglomération de 250 000 habitants, enfreignant la réglementation. Chaque jour ses soutes fissurées embarquent 50 m3 d'eau de mer qui diluent la cargaison. Pour éviter que le navire ne coule à quai, les autorités ont choisi la solution de pomper régulièrement et d'épandre en mer ce mélange Les seuls frais de surveillance de la cargaison coûtent aux contribuables 10 000F par jour supplémentaire ! Les frais de pompage et de rejets en mer ont déjà coûté plus d'un million de francs. Des tractations financières (pour le déchargement, la vente de la cargaison restante...) retardent de façon scandaleuse toute solution définitive ! Il est inacceptable que se prolonge ainsi, depuis des semaines, une situation préjudiciable à l'environnement et qui expose la population à des risques majeurs ! Il faut décharger au plus vite le Junior M de sa cargaison explosive !

Marées noires, Navires poubelles, Un droit d'ingérence maritime doit s'élaborer au plus vite. Contrôler, au port et en mer, tous ces navires sans sécurité aux équipages souvent mal payés et mal formés ! Empêcher de continuer à laisser naviguer les navires dangereux ! Intervenir dès qu'un incident est connu !. Cela coûterait bien moins cher que de réparer les dégats. Marée noires, bateaux poubelles , assez de gâchis ! Priorité absolue à la sécurité et la prévention !

Rassemblement MARDI 21 DÉCEMBRE À 17H près de Soja France, zone industrielle du port de commerce, rue de Yokosuka sur l'espace de stationnement.

premières signatures : AGIR POUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE, LES VERTS DU PAYS DE BREST, BAGA!, TOUS ENSEMBLE A GAUCHE, UNION DEMOCRATIQUE BRETONNE DU PAYS DE BREST,

Lundi 20 décembre à la cinémathèque de bretagne, à 17h30 et 20h30

projection du Film de René Vautier "Marées noires, colères rouges" à l'initiative des Claj et avec la participation des Vert-e-s au débat

3-1-2 KEMPER

Les Verts, l'UDB, le PC, la LCR, l'Autre Gauche, tous ensemble à Gauche appellent à manifester pour dénoncer la politique du moins cher et du profit maximum logique actuelle du système économique mondial et coupable d'une déréglementation criminelle.

3-2 PETITION : LE CAPITAINE DE L'ERIKA DOIT SORTIR DE PRISON

Le Capt. Mathur, qui commandait le pétrolier ERIKA, a été mis sous mandat de dépôt 4 jours après le naufrage du navire dont il avait la charge.

Motif de cet emprisonnement, mise en danger de la vie d'autrui et pollution. En fait de mise en danger de la vie d'autrui, il semble qu'il a tout fait pour sauver l'équipage du navire, et que l'ensemble des marins est aujourd'hui à l'abri.

En fait de pollution, son grand tort a été d'avoir été placé par le marchand d'hommes qui l'emploie à bord d'un navire sous pavillon Maltais,âgé de 25 ans, mais garanti par les sociétés de classification comme en parfait état de navigabilité.

Le Commandant Mathur n'avait pas plus de moyens, et sans doute moins, que les experts italiens de la Rina, l'affréteur Total/Fina, les autorités du port de Dunkerque, de vérifier la véracité des affirmations contenues dans ces certificats.

Il savait, bien sûr, qu'il était à bord d'une vieille baille, et que le pavillon de Malte n'est pas la garantie dune bonne sécurité. Mais il savait aussi que c'est le lot des marins de pays pauvres de naviguer sur ces vieux rafiots.

Les signataires sont les premiers à réclamer des mesures répressives aptes à mettre fin aux marées noires.

Mais ils ne peuvent pas accepter qu'un capitaine qui a averti les autorités des difficultés qu'il rencontrait, qui s'est vu refuser l'entrée d'un port de refuge, qui a réussi à sauver tout son équipage, soit emprisonné pour de tels motifs.

Sans doute toutes les mesures doivent être prises pour que l'enquête se déroule sans pression sur les acteurs de ce drame, mais ce naufragé aurait pu rester à la disposition de la justice par d'autres moyens que la prison.

A l'heure où l'on propose une assistance de psychologues aux accidentés nous pensons que cette détention est inhumaine pour un homme traumatisé par des événements de mer exceptionnels.

Cette détention, enfin, apparaît d'autant plus scandaleuse que les véritables responsables de ce naufrage et de cette catastrophe écologique, le propriétaire, l'armateur, le gestionnaire, la société de classification, l'affréteur Total/Fina, les autorités portuaires, les autorités de toutes sortes qui ont jugé ce navire usé par les ans bon pour le service , semblent devoir passer au travers des mailles de la justice.

C'est pourquoi les signataires, qui refusent la politique du bouc émissaire, demandent la libération du Commandant Mathur.

3-3 Cellule Civile d'Information mercredi 22 décembre 1999 à

La-Couarde/Mer sur l'île de Ré

La Cellule Civile d'Information créée sur le littoral atlantique européen à l'heure du naufrage de l'Erika tiendra sa première réunion publique à une semaine de l'an 2000, le mercredi 22 décembre 1999 à La-Couarde/Mer sur l'île de Ré

Le naufrage de l'Erika, vieux pétrolier affrêté par TotalFina, oblige la société civile du littoral français à se prendre en mains pour comprendre et maîtriser l'information.

Il n'y a pas de modèle tout prêt pour cela : le littoral doit donc tout inventer de toutes pièces.

Sous le signe de l'information

- Le premier rôle de la Cellule Civile d'Information est de donner dans la durée plus de visibilité aux informations disponibles : le naufrage, le chargement, la législation, la défense de la côte, le nettoyage.

- Le second rôle : identifier les informations à rechercher en complément, et les moyens à mettre en oeuvre pour leur publication et leur circulation.

- Le troisième : être à même de transmettre à d'autres points du littoral l'expérience acquise au cours de cette première opération, multiplier dans les semaines qui vont suivre les rencontres le long du littoral, installer durablement un système d'information civil autonome.

Le programme du 22 décembre

De 10 à 13 heures, aura lieu une "Audition Publique" : une succession de communications orales (50 maximum) émanant de ceux (personnes morales et physiques, institutions) qui ont une *information utile* à transmettre aux autres participants. Chaque communication orale viendra compléter une communication écrite qui aura été remise auparavant par chacune de ces mêmes personnes, et qui sera également lisible par sur le site Internet de la Cellule d'Information -

http://www.radiophare.net/erika

Résultat attendu

Une circulation plus fluide des informations, permettant à chacun d'adopter une attitude mieux éclairée, qu'il soit dans la sphère de l'Etat ou qu'il appartienne à la société civile.

Qui est concerné ?

Cette première réunion sera aussi bien consacrée à des informations d'ordre local (Ile de Ré, Charente-Maritime) qu'à des informations d'ordre général. Les contributeurs peuvent donc se signaler de plus loin, s'ils pensent avoir des informations utiles à communiquer aux autres. Des contributions écrites, sans que leurs auteurs soient présents à la rencontre, sont envisageables.

Cet événement sera reproduit dans les jours suivants en divers points de la côte atlantique pour poser les bases d'un réseau permanent de suivi de l'information civile en la matière

Plus de renseignements sur http://www.radiophare.net/erika

liste de diffusion erika@radiophare.net

olivier.zablocki@radiophare.net

T. 05 46 09 00 46

Henri Guéguen, auteur d'enquêtes et d'un ouvrage tout récent sur l'Amoco Cadiz, pose simplement la question : "Nous, habitants des côtes maritimes, que savons-nous des risques d'accidents majeurs qui nous guettent "

4 DU COTE DES ASSOCIATIONS

4-1 "Groupe Ornithologique Normand" <gonm@wanadoo.fr

Nous ne pourront nous rendre à cette réunion, veuillez nous en excuser. Sachez que le GONm organise au niveau de la Normandie et coordonne au niveau français un enquête pour les danois sur le recensement des oiseaux échoués. Depuis 19974 un comptage annuel est fait (mi février) pour déterminer les causes de mortalité des oiseaux retrouvés sur les côtes. Les dégazages sont annuels et entrainent la mort de plusieurs centaines d'oiseaux par an (15 000 cadavres toutes causes confondues depuis 1974 sur nos côtes normandes). Si la pollution de l'Erika est médiatique, sachez que de tel fait sont communs et jamais relayés par la presse. Les dégats écologiques sont plus importants que ceux économiques dont les médias nous saoulent tous les jours en ce moment. Bien cordialement

JEAN BAPTISTE James

4-2 Le CIELE

Bonjour Alain, J'ai bien reçu ton courrier à propos de la réunion de demain. Il serait bien que tu envoies ce message directement sur le forum de notre site internet. www.ciele.org puis forum. Toutes infos et réactions sur la marée noire sont bienvenues sur le forum. A bientôt. Catherine

Gabillard <c.gabillard@ciele.org

4-3 FNE

Bravo pour ton initiative et ton invitation à se retrouver à Kemper. Impossible cependant d'être parmi vous, ce jour là. En tant qu'administrateur de France Nature Environnement, je serai très intéressé de recevoir des informations que je pourrais diffuser aux associations affiliées à notre puissante fédération.

Christian MAILLETAS SATELLIAM@wanadoo.fr

4-4 SEPANSO

Désolé de ne pas avoir pu vous rencontrer pour cette réunion importante. Cela fait des années que les associations réclament un renforcement des mesures de sécurité, tant pour les personnes en mer, que pour l'environnement.

Personnellement, je souhaite une intervention auprès de la Commission de l'Union européenne - et puisque la France va assurer la présidence de l'Union européenne, pourquoi pas une intitiative française ?

Cela suppose une démarche bien calculée ... A l'écoute de vos propositions ... Sentiments les meilleurs,

Georges CINGAL Vice-président Fédération SEPANSO Administrateur France nature environnement Vice-Président Bureau Européen de l'Environnement

5 SUR LE NET

5-1 L'actualite de la nature avec Pascal Farcy http://www.univers-nature.com

Marée noire au large de la Bretagne (France)

Le 12 décembre 1999, le pétrolier "Erika", qui passait à une cinquantaine de kilomètres des côtes bretonnes, s'est brisé en deux. Si aucune victime n'est a déplorer, les conditions météorologiques et le fioul lourd qui s'est répandu (environ 10 000 tonnes) risquent de créer une nouvelle catastrophe écologique en Bretagne.

Le lendemain de l'accident les 2 morceaux du navire avaient coulé; ils gisent depuis à 120 m de profondeur.

Au final, 28 000 tonnes (dont une partie est encore dans la coque) menacent l'écosystème marin et cotier, et les conditions météorologiques ainsi que la nature du produit (très visqueux et collant) rendent les tentatives de pompages ou de dispersions totalement inefficaces. Seule une nette amélioration de la météo pourrait permettre d'envisager sérieusement le pompage du fioul dispersé en plusieurs nappes.

Pour le Cedre (Centre de documentation, de recherche et d¹expérimentation sur les pollutions accidentelles des eaux) si le produit ne semble pas très toxique, par sa nature type "chewing-gum" les 28 000 T actuelles pourraient être plus polluante que les 240 000 t de l'Amoco Cadiz en 1978.

La zone de naufrage inquiète également beaucoup les chercheurs, et pour les mammifères et oiseaux marins l'addition risque d'être lourde, d'autant que certaines espèces d'oiseaux risquent d'être particulièrement touchées, le pétrolier ayant fait naufrage dans une zone d'hivernage fréquenté par les pingouins, guillemots, etc...

Pour les Verts c'est la société Total qui a pris la grave responsabilité d'affréter un navire fatigué, donc non conforme aux normes de sécurité les plus récentes, immatriculé sous pavillon Maltais, connu comme étant des moins regardants quant aux contrôles de sécurité et d'entretien des navires.

En conclusion, la phrase reprise ci-dessous d'un communiqué des Verts, semble recueillir l'assentiment d'un nombre grandissant d'observateurs :

" Ce naufrage n'est pas dû à la fatalité. Si Erika s'est cassé en deux, ce n'est ni la faute de la mer, ni, sans doute, celle de l'équipage. C'est celle de la recherche du " toujours moins cher ". Une fois de plus, c'est l'environnement qui en est la victime. "

5-2 le forum du CIELE

Le CIELE (centre d'info sur l'energie environnement ) de Rennes a ouvert un forum sur la marée noire de l' ERIKA sur le site internet du CIELE http://ciele.org/intro.htm

5-4 le site des Verts

les textes publiés jusqu'ici sont sur une page speciale du site des

Verts http://www.verts.imaginet.fr/erika/index.html

6 DU COTE DES VERTS

Gros travail de coordination de Jean Paul Declercq membre de la commission mer et littoral des Verts et donateur de la FEDEL en lien avec Michel Briand adjoint au maire de Brest, Christian Bucher porte parole des Verts du pays de brest et Michel Daverat responsable de la commission mer et Littoral

Elaboration de la pétition

Jeudi

Suite à une demande, j'apporte une precision sur ce qui peut être fait, en attendant l'arrivée de la marée noire. Les services Polmar terre dispose de 20 km de barrages flottant en France. Ils vont faire descendre les éléments qui sont sur Brest, Le Havre, et Dunkerque.

Mais cette quantité est bien faible. A titre de comparaison les digues qui entourrent les marais salants de Guérande font 27 km. On pourra en temps utile dénoncer les carences de l'Etat pour cela, comme pour l'absence de matériel adapté pour pomper en mer.

En attendant ces dispositifs ne seront pas mis en place avant de savoir où la mort noire va frapper. Ceci pour disposer du maximum de matériel au bon endroit.

Nous avons consacré jusqu'à présent nos efforts à expliquer comment la politique du "toujours moins cher" a pu amener un naufrage comme celui de l'Erika, comme elle avait amené les marées noires précédentes. Nous avons fait des propositions pour une amélioration de la sécurité et des contrôles, dont une partie a été reprise par la presse, en attendant qu'elle soit reprise (espérons) par les décideurs. Il est évident qu'il faut continuer à enfoncer ces clous.

Mais un autre dossier nous attends.

Mercredi, jeudi, ou vendredi, au lieu d'une belle neige de Noël, des boules de mazout vont commencer à déferler sur la côte.

Question : Que dirons-nous de plus que les autres sur cet aspect purement écologique du problème.

A ce sujet, l'apport de ceux d'entre nous qui sont en contact direct avec les pêcheurs, de ceux d'entre nous qui connaissent le mieux les risques de ce produit pour la flore et la faune va devenir précieux.

Avec, bien sûr, l'expérience de ceux d'entre nous qui ont eu le malheur de subir déjà des marées noires. Les contributions sont attendues.

Jean-Paul Declercq : jpdeclercq@oceanet.fr

.....

En préparation une cyberaction contre la marée noire

http://www.admiroutes.asso.fr/action/erika/fedel.htm
droits de diffusion