Courriel des lecteurs -Flash
Octobre 1999
tous thèmes confondus (sauf  recherche scientifique)

index courriel des lecteurs

 

Réagissez à l'un de ces courriels *

 
En rouge et en italique, les commentaires d'Anne Bedel (la webmestre) ou de Jean-Paul Baquiast

Le citoyen, un usager, lui aussi
De : Xavier Maury, xmaury@club-internet.fr
31/10/99

Voici une copie d'un message que j'ai fait parvenir aux organisateurs (colloque@juriconnexion.org) d'un colloque "Comment trouver et exploiter la jurisprudence française et européenne à l'aide des moyens électroniques". Tous détails sur http://www.juriconnexion.org/jour99.htm

Il existe des fournisseurs professionnels  d'informations juridiques, pour des utilisateurs professionnels. Ces services, de grande qualité, vont bénéficier d'une > qualité encore plus grande grâce aux nouvelles technologies, et il faut examiner les conditions et perspectives de production et diffusion des données (c'est le sujet de votre colloque).

Cependant, la grande masse des usagers du droit, non professionnels, ont eux aussi besoin d'informations et sources fiables. Traditionnellement, il existait deux moyens pour servir ce besoin :
- le recours à un intermédiaire (avocat, etc.)
- l'autodocumentation (codes, etc. Ce qui est de toute façon nécessaire, pour ne pas avoir à se faire relire ce genre de texte par son avocat ...)

L'avènement de l'informatique a permis la constitution de bases de données. Tout est (ou devrait être ... il y a des retards dans l'équipement de certains tribunaux ...) numérisé. L'avènement du Web permet la reproduction a coût nul des informations.

La désintermédiation permise par la "Net economy", et le renouveau des pratiques citoyennes que facilite le Web, induisent une exigence d'information librement accessible, gratuite pour l'utilisateur.

Je souhaiterais que lors de votre colloque soient évoquées les questions suivantes :

- 1) Peut on envisager un "portail" gratuit, facile à utiliser, permettant d'interroger et de consulter l'ensemble des jurisprudences.

- 2) Peut on envisager que les professionnels de la fourniture d'informations, ainsi que les usagers professionnels (professions du droit), voient dans ce portail une occasion de moderniser leurs pratiques, autrement dit de faire entrer leur métier dans l'ère du "e-business" ?

Ne voyez aucune provocation dans ces questions. Elles sont motivées par les demandes qui s'expriment sur les Cahiers de Doléances, dont je suis le webmestre (et ailleurs). Elles sont à placer dans le contexte d'une société et d'une économie de l'information

Economie de l'information : de plus en plus, l'information, et même l'information à très haute valeur ajoutée, deviennent absolument gratuites pour le destinataire de l'information. Ceci, bien évidemment, va s'appliquer aussi aux éditeurs et professionnels du droit. Il vaut mieux s'organiser, et prendre les devants, pour garder en France (en Europe) la valeur ajoutée (les profits, les emplois). Quels intervenants sauront s'unir, offrir un portail "unique" (destiné, certes, à être concurrencé ..., mais les premiers entrants sur le marché, - cf. Yahoo!, etc. - ont d'excellentes chances de survie et de profit, face notamment à des concurrents étrangers). Un portail attire par ses services gratuits, permet de fédérer de nombreux segments de clientèle, ainsi que de nombreux partenaires et fournisseurs.

Notes personnelles :
- Il me semble extrêment efficace, en termes de gestion, de promotion, d'animation, de contenu, de stratégie, (et par ailleurs très "républicain") d'associer également au projet de portail et à sa gestion le monde associatif (associations professionnelles, associations "citoyennes" telle par ex. Admiroutes, etc.).
- Si l'information est gratuite (et elle devrait, en toute républicanité et efficacité, être absolument gratuite pour tout ce qui émane des autorités publiques) (voir notamment le livre vert édité par la Commission Européenne), comment vont survivre les "anciens métiers" ? Certainement pas en s'arcboutant sur leurs anciennnes pratiques.
- Les editeurs : dans l'édition, les exemples ne manquent pas de savoir faire "marketing" pour vendre ouvrages, conférences, magazines (etc.) tout en > publiant gratuitement sur le Web des quantités considérables d'informations gratuites. Le cas particulier des éditeurs de logiciel > montre bien à quel point la profession fait ses marges non sur les "produits" mais sur le "conseil" (avant vente, mise en oeuvre, etc.).
- Les produits: Quant aux produits, ils évoluent de plus en plus vers des abonnements ciblés (gammes de prix) permettant, outre une distribution à coût nul (Internet ...), une fidélisation du client (favorisant d'autres achats ...).
- Les consultants: l'ensemble des professions de conseil devrait bénéficier grandement de la diffusion gratuite et facilement accessible et compréhensible d'informations juridiques. Occasion de nouer des partenariats ....

Je vous remercie de communiquer ce courrier aux intervenants du colloque, et vous prie de leur demander d'évoquer ces sujets. Si vous publiez des actes, et/ou une synthèse du colloque, je vous serai reconnaissant de me le faire savoir (je mettrai, notamment, un pointeur depuis les Cahiers, sur votre site).

Cordialement,

Xavier Maury
webmestre des Cahiers de Doléances et Projets


GB: le gouvernement veut louer des ordinateurs aux pauvres
le 28/10/99 à 17:52 - Londres (AFP)

...Le gouvernement de Tony Blair veut éviter que "l'inégalité de l'accès aux ordinateurs mène à l'inégalité dans la vie".


Commentaires éclairés sur le guide-âne
Date: Tue, 26 Oct 1999 02:29:27 +0200
From: "Franck Curier" <franckc@wanadoo.fr>

Bonjour,

Je suis tombé par hasard sur le site d'admiroutes, dans la partie guide-âne, essentiellement pour savoir où j'en étais personnellement dans ma "période d'apprentissage".

J'ai constaté, non sans un certain plaisir, que je n'avais plus ces "gros défauts" qui font que l'on est encore débutant. J'en ai donc profité pour comparer vos conclusions aux miennes, et je tenais à vous faire part de quelques remarques:

S'agissant des mises à jour et de l'évocation de leurs dates, je crois que vous n'avez pas complètement terminé ce chapitre...ou plutôt devrais-je dire que vous avez pris du retard ;-)

Vous parlez de la chronologie, en précisant que l'on commence par les documents les plus récents, or vous faites le contraire dans la partie "réglementation applicable aux sites publics". Petite erreur qui se serait glissée??

J'ai pu remarqué que vous considériez le format de fichier RTF comme plus lourd que le format DOC. Or ce n'est pas totalement vrai. En effet, un fichier RTF sans images et mises en formes excessives, et sans doute(je n'ai pas vérifié) avec un nombre de pages limitées, est de loin plus léger qu'un fichier DOC. Pour mon CV, le rapport est de 1:3.

A part ces petites objections, je trouve que pas mal de ces renseignements m'auraient été utiles à mes débuts, et ceci est un compliment (j'essaie de me rattraper). Personnellement, ce qu'il me manque, c'est le sens artistique pour réaliser de belles choses, mais chacun son domaine.

Bonne continuation.
Franck, 22 ans, et webmestre convaincu.


Etude Bibliothèques rurales et NTIC
Date: Thu, 28 Oct 1999 14:15:20 +0200
From: Jérome DARSOUZE <jerome.darsouze@aecom.org>

Etude Bibliothèques, Nouvelles Technologies et aménagement du territoire

Télé-procédures administratives, télé-travail, accès direct à l'information... En amenant, au plus près des populations rurales, des services jusque là réservés aux zones urbaines, les Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication (NTIC) participent à l'aménagement du territoire régional. Les bibliothèques, de le parfait maillage qu'elles effectuent du territoire aquitain, sont amenées à jouer un rôle déterminant dans l'appropriation et l'usage des NTIC par les Citoyens.

Conscient de cet enjeu capital, Aquitaine Europe Communication, en partenariat avec la DRAC et le SGAR, propose depuis le 20 octobre, une étude gratuite et téléchargeable sur son site internet (www.aecom.org), intitulée L'intégration des NTIC dans les Bibliothèques Publiques des Villes rurales et moyennes Ou la Société de l'Information au Service du Citoyen

Fruit du travail de terrain mené depuis deux ans sur le territoire régional auprès d'un groupe de bibliothèques pilotes (Arzacq, Casseneuil, Champagnac de Belair, Coursac, Floirac, Nérac, Pontonx) par l'AEC et ses partenaires, cette étude se propose de faire découvrir :
les nouveaux services que peut offrir une médiathèque en milieu rural, les obligations techniques et financières à prendre en compte, un ensemble de recommandations pratiques, des fiches détaillées présentant les réalisations menées dans chacune des bibliothèques.

Fondée sur des exemples concrets, elle se veut un constat des bons usages des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication créateurs de nouveaux services pour le Citoyen dans les bibliothèques. Elle est aussi un outil à destination des décideurs locaux (élus, associations, bibliothécaires...) pour les aider à mener à bien leur propre projet de médiathèque. Preuve de la grande qualité du travail mené en Aquitaine sur ce sujet, l'AEC et ses partenaires ont été appelés à rejoindre le projet européen LIBERATOR (www.liberator-aquitaine.org) projet visant à proposer dans les bibliothèques rurales des nouveaux services grâce aux NTIC).

Aquitaine Europe Communication, site pilote européen soutenu par le Conseil Régional d'Aquitaine, développe des actions d'information, de sensibilisation et de conseil en matière de nouvelles technologies d'information et de communication.

Jerome DARSOUZE - Chargé de la communication
Aquitaine Europe Communication ( http://www.aecom.org)


Loi laffitte
Date: Wed, 27 Oct 1999 13:55:00 +0200
From: "Gregoire POSTEL-VINAY" <gregoire.postel-vinay@industrie.gouv.fr>

Baquiast Jean Paul a écrit :
Merci de vos remarques. Il est clair que ma réaction était très globale. Je ne peux pas discuter du détail des textes à prévoir. Il me semble important par contre de continuer à maintenir la pression sur nos collègues des administrations. Puis-je publier votre mel dans le courriel d'admiroutes?

Gregoire POSTEL-VINAY a répondu :

J'ai lu avec le plus vif intérêt et le projet de loi, et votre réaction.
sur admiroutes. Comme citoyen je partage votre préoccupation, qui vise à améliorer la compétitivité globale de ce pays, ce qui passe par un Etat et des collectivités locales plus efficaces grâce à l'usage des NTIC.

Je pense cependant que la loi en cours d'élaboration qui complète et améliore le code des marchés publics, combinée avec l'authentification de la signature électronique, rend inutile l'article de ce projet de loi concernant ces marchés (en même temps que trop brutal, car l'obligation d'user systématiquement de voies électroniques à l'exclusion d'autres, qui semble résulter du projet, posera des pbs dans de petites structures mal équipées, qui pourraient être résolus par une certaine progressivité introduite dans le calendrier -le projet le prévoit, qui renvoie tout cela à un décret, mais je ne suis pas sûr que ce soit pertinent, car du coup, un tel décret pourrait ne jamais sortir, du fait des innombrables lobbies qui tireront à hue et à dia sur l'exécutif.) Mais, je peux me tromper et vais vérifier...En attendant, il est aussi urgent de doter les administrations d'intranets performants : de ce point de vue, il y a encore beaucoup à faire, et cela doit revêtir un haut degré de priorité des différentes administrations dans l'année qui vient, en se fondant sur les meilleures pratiques en l'espèce.

Enfin, un considérant manque, me semble-t-il, au projet de loi :les logiciels libres peuvent, sous certaines conditions et pour certaines catégories d'agents, apporter une qualité de maintenance et d'autoformation meilleure que ce que donnent des systèmes régis par des structures propriétaires : il faut user de cette possibillité pour conserver une administration intelligente, ce qui, après tout, n'est pas interdit.
Cordialement.


Institution sur CDROM?
Date: Wed, 27 Oct 1999 10:58:36 +0100
From: administrateur web <webmestre@paris4.sorbonne.fr>

bonjour,

auriez-vous connaissance d'une réalisation de CDROM destiné à présenter une institution ?
merci par avance.

l'administrateur du site web de paris IV - Sorbonne
Chantal Nolorgues

Quelqu'un a-t-il une réponse?


NTIC et soutien à la recherche d'emploi
Date: Fri, 22 Oct 1999 11:01:39 +0200
From: "tic" <tic@wanadoo.fr>

Bonjour,

Notre association, soutenue par des fonds publics (région Auvergne, prefecture de région, CG, conseil régional,....) oeuvre pour le développement des NTIC.

Sur un dossier avec la pref de l'Allier et les foyers ruraux de l'allier, nous butons sur une sérieuse question : quels outils et expériences existent-ils pour aider le demandeur d'emploi en zone rurale ?

Et là, le vide, le quasi néant. Les ntic apparaissent pensées pour la formation continue, les administrations et collectivités en interne, mais rien sur la liaison Anpe - demandeur d'emploi éloigné, assedic - demandeur d'emploi éloigné, mairie - demandeur d'emploi éloigné,..............

La consultation de divers sites : otv, cdc-mercure, mairie developpement, anpe ne nous apprend rien de plus. Appréciant à titre personnel etprofessionnel votre site depuis de longs mois, je me tourne vers vous et votre connaissance espérée de projets, d'idées, de réalisations,...

Dans l'attente d'un prochain courriel,
Damien Letellier, directeur.


Vous êtes tracé
Grâce à la CNIL
, qui nous en fait la démonstration, vous pouvez connaître rapidement votre adresse IP, DNS.
J'ai fait l'essai sur mon micro, voici le résultat:
Votre configuration
Saviez vous que l'adresse IP de votre machine est : 195.78.97.243
et que votre adresse DNS est : 195.78.97.243
Nous pouvons voir que votre ordinateur utilise : Microsoft Windows 95 comme système d'exploitation.
Votre navigateur a comme nom de code : Mozilla/4.5 [en] (Win95; I) mais c'est en fait : Netscape Communicator 4.5 anglais.

Pour accéder à cette page, vous avez cliqué sur un lien situé à l'adresse suivante :
http://www.cnil.fr/traces/demonst/demo.htm  
Cette page montre comment le serveur peut exploiter les variables d'environnement de votre navigateur.

Je suis intéressée par vos pages
Date: Wed, 20 Oct 1999 15:52:17 +0200
From: "Josette Dauriac" <Josette.Dauriac@justice.gouv.fr>

Bonjour anne,

Etant chargée de bâtir une structure de navigation et des pages pour l'informatique, je suis tombée sur vos pages déjà faites pour l'administration. Est-il possible de les récupérer comme base de travail au format HTML (j'aime beaucoup vos couleurs), cela m'aiderait beaucoup de pouvoir partir sur cette base. Dites-moi si c'est possible.
A un de ces jours peut-être. Je pense que vous pouvez m'aider. Josette Dauriac.

Bonjour Josiane,
bien sûr , vous pouvez récupérer nos pages, c'est fait pour.
Indiquez vos sources si c'est possible (voir page http://www.admiroutes.asso.fr/copyr.htm).

L’AFNIC simplifie la création de nom de domaine avec un nouveau suffixe
le 21/10/99 à 20:18
...Les journaux se voient affublés de noms de domaines à rallonge avec un .presse.fr, ce qui a poussé un grand nombre d’entre eux à adopter le suffixe de nom de domaine international .com, qui fonctionnait jusqu’à présent sur le principe du premier arrivé premier servi.

C’est ce principe que vient d’adopter l’AFNIC avec le .com.fr le succès a été immédiatement au rendez-vous.
...

Une société de taxis et Yahoo proposent l'internet en voiture (à San Francisco)
le 19/10/99 à 17:53

...Pour le prix standard de la course, les passagers peuvent profiter du trajet pour vérifier leur courrier électronique, gérer leur portefeuille d'actions ou réserver leurs billets de théâtre....

USA: près de 60% des adultes à Washington connectés à l'internet
WASHINGTON (AFP) - Près de 60% des adultes qui résident à Washington et dans sa région, où être informé est souvent primordial dans la vie professionnelle, sont connectés à l'internet, indique dimanche 17 le Washington Post.


Du cote du web et de l'informatique agricole
Guy WAKSMAN, INTERNET:waksman@acta.asso.fr
Date: 14/10/99 20:01

Que sera l'Internet agricole et rural en l'an 2000 ? Réalisations d'aujourd'hui et projets pour demain

---------------------------------------------------------------------------

Un tiers de la croissance économique des États-Unis vient des technologies de l'information, indique William Daley, ministre américain du commerce. En France, d'après un sondage de la SOFRES, 30% des foyers sont équipés d'un ordinateur et 6,1% sont abonnés à Internet. En Agriculture, l'impact d'Internet est d'ores et déjà important. Des services Internet très intéressants sont opérationnels tandis que partout de nouveaux projets naissent. Lentement mais sûrement, l'Agriculture française rattrape son retard sur l'Europe du Nord et les Etats-Unis.

L'ACTA et l'ENESAD-CNERTA (Ministère de l'Agriculture et de la Pêche) souhaitent présenter une sélection des réalisations et des projets les plus intéressants au cours d'une réunion qui aura lieu à Paris :

le 24 novembre 1999 - de 14 h à 17 h 30
Salle A de la Maison Nationale des Eleveurs - 149, rue de Bercy
75595 PARIS CEDEX 12 ; Métro : Bercy ou Gare de Lyon

Les meilleurs spécialistes de l'Internet agricole et rural présenteront leurs réalisations et leurs projets dans des domaines très différents : commerce électronique en direction des particuliers comme des entreprises, information et formation, agriculture de précision, traçabilité des produits, outils techniques pour l'horticulture, l'élevage, etc.

Cette réunion s'inscrit dans le cadre du projet européen AGRIMMEDIA visant à la promotion de l'usage du multimédia en agriculture, agro-alimentaire et pour le monde rural. Les dossiers des précédentes réunions AGRIMMEDIA sont disponibles sur le site de ACTA Informatique :

http://www.acta-informatique.fr
Guy Waksman - ACTA Informatique
E-mail : waksman@acta.asso.fr

Flash Programme et inscription à Autrans2000
Date: Sat, 16 Oct 1999 09:44:53 +0100
To: isoc-fr-membres@imag.fr
http://www.isoc.asso.fr/AUTRANS2000 (programme)
http://www.isoc.asso.fr/AUTRANS2000/infos/index.htm (inscription)

Jurisprudence en ligne
De : Xavier Maury, :xmaury@club-internet.fr
Date : 16/10/99

Voici une copie d'un message que j'ai fait parvenir aux organisateurs (colloque@juriconnexion.org) d'un colloque "Comment trouver et exploiter la jurisprudence française et européenne à l'aide des moyens électroniques". Tous détails sur http://www.juriconnexion.org/jour99.htm

" Je vous écris suite à l'information parue sur Admiroutes à propos de votre colloque. Peut être connaissez vous les Cahiers de Doléances et Projets (www.doleances.org), une initiative du Club de l'Arche, d'Admiroutes et d'Adminet. Sous la devise "je critique, donc je propose" les internautes s'expriment sur les améliorations attendues dans le fonctionnement des administrations. A ce jour, plus de 2.200 contributions, représentant plus de 800 propositions concrètes.

Parmi les sujets abordés, figure évidemment l'accès au droit. Et, à l'intérieur de ce sujet, il y a évidemment l'accès à la jurisprudence (portails, recherche, disponibilité, récence, gratuité ....). Par exemple, dans les contributions récentes, on trouve des demandes sur la jursiprudence des TA. Ceci devrait vous intéresser...

Venons en au sujet proprement dit ce ce courrier.

Il existe des fournisseurs professionnels pour des utilisateurs professionnels. Ces services, de grande qualité, vont bénéficier d'une qualité encore plus grande grâce aux nouvelles technologies, et il faut examiner les conditions et perspectives de production et diffusion des données (c'est le sujet de votre colloque).

Cependant, la grande masse des usagers du droit, non professionnels, ont eux aussi besoin d'informations et sources fiables. Traditionnellement, il existait deux moyens pour servir ce besoin : - le recours à un intermédiaire (avocat, etc.) - l'autodocumentation (codes, etc.)

L'avènement de l'informatique a permis la constitution de bases de données. Tout est (ou devrait être ... il y a des retards dans l'équipement de certains tribunaux ...) numérisé. L'avènement du Web permet la reproduction a coût nul des informations.

La désintermédiation permise par la "Net economy", et le renouveau des pratiques citoyennes que facilite le Web, induisent une exigence d'information librement accessible, gratuite pour l'utilisateur.

Je souhaiterais que lors de votre colloque soient évoquées les questions suivantes :

1) Peut on envisager un "portail" gratuit, facile à utiliser, permettant d'interroger et de consulter l'ensemble des jurisprudences.

2) Peut on envisager que les professionnels de la fourniture d'informations, ainsi que les usagers professionnels (professions du droit), voient dans ce portail une occasion de moderniser leurs pratiques, autrement dit de faire entrer leur métier dans l'ère du "e-business" ?

Ne voyez aucune provocation dans ces questions. Elles sont motivées par les demandes qui s'expriment sur les Cahiers (et ailleurs). Elles sont à placer dans le contexte d'une société et d'une économie de l'information.

Economie de l'information : de plus en plus, l'information, et même l'information à très haute valeur ajoutée, deviennent absolument gratuites pour le destinataire de l'information. Ceci, bien évidemment, va s'appliquer aussi aux éditeurs et professionnels du droit. Il vaut mieux s'organiser, et prendre les devants, pour garder en France (en Europe) la valeur ajoutée (les profits, les emplois). Quels intervenants sauront s'unir, offrir un portail "unique" (destiné, certes, à être concurrencé ..., mais les premiers entrants sur le marché, - cf. Yahoo!, etc. - ont d'excellentes chances de survie et de profit, face notamment à des concurrents étrangers). Un portail attire par ses services gratuits, permet de fédérer de nombreux segments de clientèle, ainsi que de nombreux partenaires et fournisseurs.

Note personnelle : il me semble extrêment efficace, en termes de gestion, de promotion, d'animation, de contenu, de stratégie, (et par ailleurs très "républicain") d'associer également au projet de portail et à sa gestion le monde associatif (associations professionnelles, associations "citoyennes" telle par ex. Admiroutes, etc.).

Si l'information est gratuite (et elle devrait, en toute républicanité et efficacité, être absolument gratuite pour tout ce qui émane des autorités publiques) (voir notamment le livre vert édité par la Commission Européenne), comment vont survivre les "anciens métiers" ? Certainement pas en s'arcboutant sur leurs anciennnes pratiques.

Editeurs : dans l'édition, les exemples ne manquent pas de savoir-faire "marketing" pour vendre ouvrages, conférences, magazines (etc.) tout en publiant gratuitement sur le Web des quantités considérables d'informations gratuites. Le cas particulier des éditeurs de logiciel montre bien à quel point la profession fait ses marges non sur les "produits" mais sur le "conseil" (avant vente, mise en oeuvre, etc.).

Quant aux produits, ils évoluent de plus en plus vers des abonnements ciblés (gammes de prix) permettant, outre une distribution à coût nul (Internet ...), une fidélisation du client (favorisant d'autres achats ...).

Conseils : l'ensemble des professions de conseil devrait bénéficier grandement de la diffusion gratuite et facilement accessible et compréhensible d'informations juridiques. Occasion de nouer des partenariats ....

Xavier Maury
webmestre des Cahiers de Doléances et Projets


Enquêtes publiques
De : Laurence Comparat, laurence.comparat@agir-info.fr
Date : 14/10/99

Je réagis à votre analyse, dans la Gazette n° 10, d'un site qui rebondit sur internet et les enquêtes publiques. Il y a actuellement à Grenoble l'enquête publique sur le pdu (plan de déplacements urbains) de la loi sur l'air. Un site web est mis en place pour l'occasion http://www.smtc-grenoble.org/

Bonne idée sur le principe...On y trouve : le texte du pdu... au format pdf, à télécharger. On n'a droit en html qu'au sommaire !

Je ne suis pas contre le fait de permettre le téléchargement de ce type de documents, mais en parallèle avec une mise en ligne. Il est évident qu'internet est un moyen de diffusion de ce type de dossiers extrêmemnt puissant, à condition de bien s'en servir.

Il n'y a naturellement aucun moyen de s'exprimer en ligne. Il n'y a même pas un mail pour contacter le-la webmestre !

Notons aussi que l'enquête a été prolongée jusqu'au 4 novembre, information non répercutée sur le site...

Bref, c'est plus que timide. Moralité : y'a du boulot !

Laurence Comparat
Grenoble


Télétravail
De : "ROZENHOLC, Anita", anita.rozenholc@mtic.pm.gouv.fr
Date : 14/10/99, 15:00

Je suis en train de lire ce dossier. La première remarque concerne le titre, il suffit me semble-t-il d'appeler ce dossier travail à distance pour lever toutes les ambiguitées sur le travail à domicile. Par ailleurs je serais tentée dans le sommaire de parler du travail à distance dans le configuration d'une meilleure gestion du back-office. Enfin l'usage des call-center obligatoires, très rapidement, pose le problème de l' externalisation ou non de cette nouvelle pratique indispensable à une administration productive et performante. En résumé et je ne parle que du sommaire il ne me semble pas tenir compte de  l'obligation de créer une nouvelle chaine des valeurs pour la production des services administratifs. A bientôt la suite très amicalement
Anita Rozenholc
Chargée de mission - Premier ministre/SGG/M.T.I.C.


Journee d'etude : acces electronique a la Jurisprudence
Date: Fri, 15 Oct 99 10:03:22 PDT
From: rnerriere@gmf.fr (Remy NERRIERE)
To: "membres de la liste de diffusion d'Admiroute" <admiroutes@egroups.com>

ci joint annonce pour la journée Juriconnexion. Il est a noter que Yves Rabineau président du comité de coordination internet/intranet du Ministère de la Justice participera à cette journée.

Rémy NERRIERE

Bonjour,
Le 22 octobre prochain (à l'ASIEM, 6 rue Albert de Lapparent, 75007 PARIS), l'association Juriconnexion organise une journée consacrée à la Jurisprudence disponible sur support électronique (Internet, CD-ROMS, Bases en ligne).

Tous les renseignements sur cette journée sont disponibles sur le site internet de l'association http://www.juriconnexion.org/jour99.htm

Il est possible aussi d'écrire à l'adresse suivante : colloque@juriconnexion.org

Cette conférence est accompagnée d'une enquête. Objectif : établir précisement le besoin de Jurisprudence afin de pouvoir répercuter ce besoin auprès de nos partenaires quotidiens du monde juridique : magistrats, pouvoirs publics, auxiliaires de justices, éditeurs ...

Le questionnaire se trouve sur le site de Juriconnexion. Nous diffuserons une synthèse des réponses sur cette liste ainsi que sur notre site.

Nous remercions par avance toutes les personnes qui prendront la peine de répondre à ce questionnaire.

Jean Gasnault.
Président de Juriconnexion, 2 rue Cujas, 75005 PARIS
president@juriconnexion.org


Colloque au Sénat
Reçu de Thierry Vedel vedel@msh-paris.fr
Le 14.10.99

Dans le cadre du séminaire Démocratie électronique du CEVIPOF, un colloque international:
LES PARLEMENTS DANS LA SOCIETE DE L'INFORMATION est organisé par le Sénat et le CEVIPOF Palais du Luxembourg, salle Médicis, 15 rue Vaugirard, 75006 Paris, jeudi 18 et vendredi 19 novembre 1999.

En accélérant la circulation et la diffusion de l'information, en provoquant les échanges d'idées et d'opinions et en facilitant l'interaction des individus, les réseaux de communication sont susceptibles d'engendrer une transformation des systèmes politiques. Parce qu'ils sont au cœur de la démocratie représentative, les Parlements sont confrontés au défi des nouvelles technologies de l'information, et tout particulièrement d'Internet. Le réseau mondial permettra-t-il une plus grande transparence du processus législatif et une meilleure visibilité des lois ? De quelle manière les technologies de l'information vont-elles modifier le travail des parlementaires aussi bien dans leur activité de législateur que dans leurs contacts avec leurs électeurs ? Peut-on imaginer à l'avenir la tenue d' élections électroniques qui favoriseraient la consultation de la population tout en préservant nos valeurs démocratiques ? Plus fondamentalement, les technologies de l'information favoriseront-elles de nouvelles relations entre les Parlements et les citoyens en permettant à ceux-ci de participer à l' élaboration des lois ?

Pour répondre à ces interrogations, le Sénat et le Centre d' étude de la vie politique française organisent un colloque international rassemblant parlementaires et universitaires spécialistes du sujet

Jeudi 18 novembre 1999

Technologies de l'information et travail du Parlement

-  9h00 Allocution d'ouverture du colloque : Christian PONCELET, Président du Sénat
Session 1 : Vers un processus législatif plus transparent ? Président de séance : Jacques VALADE, Vice-président du Sénat, Discutant : Thierry BREHIER, journaliste, Le Monde.   Intervenants : Robert BADINTER, Sénateur des Hauts-de-Seine ,  Christine BELLAMY, Nottingham Trent University Charles RAAB Universit d'Edinburgh.   Jouni BACKMAN, Député (Finlande) . Colin SMITH, Glasgow Caledonian University.  Kim ANDERSEN et Karl LOFGREN, Copenhagen Business School

- 14h30 -Session 2 : Les conséquences sur le travail du parlementaire Président de séance : Patrice MARTIN-LALANDE, Député du Loir-et-Cher  Discutant : Didier MAUSS, Président de l'association française des constitutionnalistes   Intervenants : René TREGOUET, Sénateur du Rhône, Yves COCHET, Député du Val d'Oise, Hélène FLADMARK, Députée (Norvège) Johnny GILLING, Député (Suède) Ernst HIRSCH BALLIN, Sénateur (Pays-Bas)  Chris CASEY, Sénat des Etats-Unis  Thomas ZITTEL, Université de Mannheim

Conclusion de la première journée: Dominique WOLTON, CNRS

Vendredi 19 novembre 1999 Technologies de l'information, élus et citoyens

- 9h 00 - Session 3 : Les élections lectroniques : enjeux et expériences  Président de séance : Patrick BLOCHE, Député de Paris  Discutant : Roland CAYROL, CEVIPOF  Intervenants : William DUTTON, Annenberg School for Communication Dieter OTTEN, Universit d'Osnabruck Marina VILLA, Université de Milan Olivier de MAZIERES, Bureau des élections, Ministère de l'Intérieur

- 14h 30 - Session 4 : De nouvelles relations avec les citoyens ? Président de séance : Claude HURIET, Questeur du Sénat  Discutant : Thierry VEDEL, CEVIPOF  Intervenants : Christian PAUL, Député de la Nièvre Un représentant de la Chambre des Communes (Grande-Bretagne) Stephen COLEMAN, London School of Economics and Political Science John TAYLOR, Glasgow Caledonian University Jordi SANCHEZ, Universit éde Barcelone Henri LE ROY, initiative Agoranet

Conclusion de la seconde journée Pascal PERRINEAU, Directeur du CEVIPOF

Discours de clôture du colloque Laurent FABIUS, Président de l 'Assemblée nationale

Comité d'organisation du colloque: Thierry VEDEL, Pascal PERRINEAU, CEVIPOF Jean-Marie LEBARON, Pascal DESROUSSEAUX, Maurice-Pierre PLANEL, Service de l'Informatique et des Technologies Nouvelles du Sénat


Flash Circulaire du 7 octobre 1999 relative aux sites internet des services et des établissements publics de l'Etat

Vous trouverez cette circulaire, très complète (voir trop, diront les grincheux, dont nous ne sommes pas, je m'empresse de le dire) à
http://www.admi.net/jo/19991012/PRMX9903708C.html


Parcours Art - Science - Technologie (Semaine de la science)
Date: Mon, 11 Oct 1999 18:50:41 +0200 (MET DST)
From: Annie Luciani <Annie.Luciani@imag.fr>

Cher collègue,

Du 18 au 24 octobre 1999, durant les manifestations Semaine de la Science et FORUM 2000, l'ACROE organise un parcours Art - Science - Technologie comprenant :

A l'INPG :

- des ateliers d'initiation aux outils de création numériques (images, sons, multimédia)
- des démonstrations d'outils et de recherche en arts numériques

A l'Anneau des Sciences :

- une conférence de Jean-Claude Risset
- un spectacle d'art numérique
- un débat public

Participation gratuite sur réservation - Ouvert à tout public
Pour tout renseignement ou réservation vous pouvez consulter le http://www-acroe.imag.fr/AST2000/sommaire.htm


Salles de formation
Date: Thu, 7 Oct 1999 01:21:21 +0200
From: "Esther Joly" <estherjoly@calva.net>
Organization: Itinéraires Formation

Vos conseils pour de bonnes salles de formation à l'internet.

Esther
Merci de m'envoyer copie des réponses éventuelles.
Anne Bedel


Recherche experts de l'internet municipal
Date: Fri, 08 Oct 1999 15:39:26 +0200
From: yvonne.gellon@agir-info.fr (Yvonne Gellon)

Bonjour,

Je suis Présidente d'une Association (ADUL) regroupant une cinquantaine de Villes équipées de logiciels Etat Civil, Cimetières, Elections. Nous organisaons chaque année une Assemblée Générale au cours de laquelle sont abordés des thèmes pouvant concerner nos collectivités. Ainsi nous avons eu une intervention de la Chancellerie sur le Droit de la Nationalité, une intervention de l'INSEE sur la carte santé, une intervention du CNOF sur le Droit funéraire....

Le 27 Janvier 2000, notre association se réunit à Grenoble et nous souhaiterions aborder le thème "Technologies de l'Information et de la Communication dans les collectivités locales" et plus précisémment dans le domaine des bureaux publics (Etat Civil, Cimetières, Elections, recensement militaire).

Serait-il possible d'envisager l'intervention d'un membre d'Admiroutes spécialisé dans (ou maîtrisant bien) le domaine des collectivités locales (Mairie) ?

Quelles seraient les conditions de cette intervention et comment pourrions nous nous organiser ?

Vous remerciant par avance, je vous prie d'agréer mes sincères salutations.

Yvonne Gellon
AGIR Informatique
BP 336 - 38013 Grenoble Cédex 1

Appel à nos membres...


une ville un plan
Date: Fri, 8 Oct 1999 16:45:21 +0200
From: "Nathalie COLLANGE" <nathalie.collange@isweb.fr>

bonjour

nous organisons cette operation et j'aurai souhaite savoir si vous pouviez relayer cette information aupres de vos visiteurs. Je tiens a preciser que tout est entierement gratuit.
D'avance merci. Restant à votre disposition.
Bien cordialement,
Nathalie Collange
Responsable communication
ISMAP moteur de recherche cartographique
<http://www.ismap.com>
Tel : 04 91 95 50 18 Fax : 04 91 95 50 12

Ismap, 1er moteur de recherche cartographique francais a décidé d'offrir gratuitement un plan interactif à chaque Mairies, Offices de tourisme, collectivités présente sur internet à l'occasion de l'opération "une ville, un plan"...
Grâce à ismap les collectivites pourront offrir à leurs visiteurs la possibilité de visualiser et de se déplacer dans leur ville sur internet. Il pourront en outre effectuer une recherche cartographique (localiser telle ou telle adresse sur la carte par exemple).

Cette carte ne nécessite aucune manipulation technique et est directement interfacable selon la charte graphique du site.

Intégré sur celui-ci site, ce plan représentera une offre supplémentaire évidente pour les vos visiteurs et viendra s'insérer tout naturellement dans une offre globale.

Cette offre vous interesse : http://www.ismap.com/villesdefrance

C'est une excellente idée. Pour Paris je trouve très pratique d'imprimer sur une page le plan du lieu de mes RV (c'est moins lourd qu'un plan de Paris et plus pratique, car la rue que j'ai cherchée sur internet est entourée d'un cercle sur le document que j'imprime).
J'aimerai bien que ma ville de résidence (Meudon) soit dotée d'un tel service. AB.


Conférence sur les problématiques des NTIC
Date: Thu, 07 Oct 1999 12:22:59 +0200
From: Stéphane Galy <galy@lra.fr>

Madame,

C'est avec grand intérêt que j'ai découvert très récemment votre site. J'ai ainsi pu apprécié votre implication dans les politiques de développement des NTIC dans le secteur public.

Je cherche actuellement à créer une conférence sur les problématiques des NTIC et leurs conséquences sur la gestion et l'organisation des structures publiques et plus particulièrement des collectivités.

J'aurais souhaiter vous proposer d'intervenir à cette occasion et de présenter ainsi vos objectifs et vos travaux.

Restant à votre disposition.

Très cordialement,

Stephan Galy
Centre de Formation au Management Public


Webmestre: un vrai métier qui demande de l'expérience
Date: Wed, 6 Oct 1999 11:07 +0200
From: ROLF.ZEN-RUFFINEN@SBB.CH

Bonjour madame Bedel,

J'ai lu avec plaisir votre article intitulé: "Webmestre: un vrai métier qui demande de l'expérience" daté du 15.9.98 sur Sam Mag et je ne peux que confirmer vos dires.
J'ai commencé à rédiger des sites Internet en 1997 et à cette époque il faut bien le reconnaître je ne connaissais pas grand chose à la syntaxe HTML.

En revoyant d'anciens sites je me rend non seulement compte de l'avancée technologique des différents logiciels mais également de ce que j'ai appris.

Les écoles sont une chose mais l'expérience en est une autre tout autant enrichissante si ce n'est plus. Je m'occupe, avec mes collègues, du site d'une entreprise étatique en Suisse et si les responsables m'ont fait confiance c'est uniquement sur la base de ce que j'avais déjà réalisé plutôt que sur une formation Internet que je n'ai pas suivie.

J'ai eu de la chance, je le reconnais, mais ceux qui veulent se tailler une part de travail dans ce milieu n'ont aujourd'hui plus d'autre alternative que de suivre des cours et séminaires, parfois coûteux, et qui ne garantissent pas le job rêvé à la fin.

L'essentiel c'est de croire à ce que l'on fait, de ne pas se laisser désabuser par un échec, de se remettre sans cesse en question et finalement d'avoir du plaisir à regarder ce que l'on a réalisé, même si ça ne correspond pas au "Standard" Internet.

J'en apprend tous les jours et ça ne va pas s'arrêter là. Au moins mon cerveau reste actif et c'est tout bénéfice pour plus tard.
Bonne continuation

Zen-Ruffinen Rolf
Internet-Publishing SBB-CFF-FFS
http://www.sbb.ch

PS: j'ai toujours pensé que "Webmaster" correspondait à la personne qui s'occupait uniquement de la partie technique d'un site (serveur), et que la publication était dédiée au Webpublisher?
Les choses ne sont pas encore complétement tranchées (Les termes du vocabulaire de l'internet ont fait l'objet d'un texte officiel, mais certains sont du dernier comique), mais il me semble que l'on emploie 3 termes:

anne Bedel - merci de m'envoyer votre réaction à ce mel ou à ma réponse.


Géoscopie
Auteur : "geoscopie" <geoscopie@magic.fr
Date : 05/10/99 18:30

GEOSCOPIE, site d'information internationale, est mis à jour environ deux fois par mois.Vous trouverez le Sommaire à la page http://www.geoscopie.com/toc.html et les principales nouveautés du troisième trimestre à la page http://www.geoscopie.com/guide/g002trip.html .

André Garcia


TIC et modernisation de la justice
A : "Jean-Paul BAQUIAST"
De : STAECHELE François Francois. Staechele@justice.fr
Date : 02/10/99, 18:24

Cher Monsieur, Je vous avais promis une contribution. Un peu débordé cet été , je n'en ai pas moins travaillé . J'ai en effet été en relation avec le professeur Wim van de Donck, que vous connaissez bien, je crois, dans le cadre de la préparation du congrès du GEAP qui s'est tenu au cap Sounion, en Grèce début septembre. J'ai rédigé une communication pour cette manifestation, que je vous envoie avec ce message, sous la forme de quelques pages Web. Je ne vois évidemment aucune objection à la publication de ce document, si vous jugez qu'il le mérite.

Par ailleurs, le principal intérêt des congrès étant de rencontrer des correspondants oeuvrant dans la même discipline que la sienne, j'ai mis à profit cette réunion, pour enrichir mon carnet d'adresses et pour proposer aux personnes que j'ai eu l'occasion de fréquenter, de créer une maling-list internationale consacrée au développement des nouvelles technologies au sein du monde judiciaire. Je vous ai mis au nombre des destinataires de ma réponse à ce message.

Il serait peut-être utile de songer aussi à la création d'une liste de discussion francophone consacrée au même objet. Je crains en effet que de nombreux francophones ne soient rebutés par une liste en anglais. Qu'en pensez-vous ? Je reviens aussi d'une session de formation de juges qui s'est tenue à Vitoria, au Brésil, où j'ai fait de nombreuses rencontres également et notamment des magistrats francophones africains. Je pense qu'il serait important que la France mette en place un dispositif qui permette aux magistrats (et bien sûr à d'autres responsables publics) d'accéder à l'internet, de sorte de pouvoir organiser des partenariats et des jumelages virtuels et de les aider à mieux s'organiser. Cette proposition a été très favorablement accueillie, par les magistrats tunisiens, sénégalais et béninois que j'ai rencontrés et qui sont d'ores et déjà prêts à commencer des expériences. Mais les ordinateurs font défaut et interdisent pour l"instant un développement des échanges à plus large échelle. Compte tenu du fait que la durée de vie fiscale d'un ordinateur est bien plus brève que sa durée de vie réelle, il devrait être possible par exemple de faire bénéficier ces pays des matériels délaissés lors des renouvellements... dans les banques, voire dans les administrations publiques.

Cordialement François Staechele 1er vice-Président au TGI de METZ (France)

Cher monsieur, merci beaucoup de votre envoi. Je m'empresse de mettre en ligne votre contribution au congrès du GEAP, laquelle est très riche en idées, mais aussi en liens. C'est un véritable portail sur le monde judiciaire que vous offrez ainsi aux correspondants d'Admiroutes. En ce qui concerne la participation à des mailing list, je vous remercie d'avoir pensé à moi. Dans la mesure de mon temps, je suivrai volontiers les échanges, sans être sûr d'apporter beaucoup de valeur ajoutée.

Enfin, concernant une liste francophone ouverte notamment à des magistrats non encore équipés, je crois que l'idée doit être effectivement lancée par vous. L'Internet se développe très vite, notamment en Afrique. Il est toujours possible d'envoyer ou recevoir des messages, ne fut-ce que via des cyber-cafés. De toute façon, par Admiroutes, je relaie votre appel vers d' éventuels généreux donateurs. Bien cordialement et avec toute mon admiration pour votre dynamisme. Baquiast


Un portail pour l'administration ?
Date: Fri, 01 Oct 1999 23:03:25 +0200
From: Pierre Mayeur <pierre@mayeur.net>

Chère Anne,

J'ai écrit (un peu rapidement sans doute) quelques idées pour le portail de l'administration, que tu trouveras sur http://www.mayeur.net/portail.html et http://www.mayeur.net/portail-pm.html  ...

Amicalement Pierre
Merci de ces  excellents textes. Avec ta permission, je reprends une partie du premier ci-dessous et le second dans notre rubrique Réforme de l'Etat. Anne .

Un sujet intéressant, et une bonne idée, bien sûr, d'avoir demandé leur avis aux internautes. Les contributions ont été de plutôt bonne qualité.
Ne nous leurrons pas : la réponse est quasiment mission impossible. Elle fait référence à l'idée et à la conception que nous avons de l'administration.
Un paradoxe : on insiste à juste titre sur la nécessaire diffusion de l'information publique sur l'Internet ; mais il faut commencer à prendre consciencedu caractère potentiellement totalitaire d'un tel portail, s'il est géré exclusivement par le SIG...
Au fond, "le portail de l'administration" -portail citoyen- ne devrait-il pas se développer en dehors ou à côté de l'administration ?
Et si le portail de l'administration existait déjà ? Et si le portail de l'administration, c'était quelque part, comme on dit, entre Adminet et Admiroutes ?...


Archives

http://www.admiroutes.asso.fr/action/courriel/divers/1999octo.htm