Courriel des lecteurs -Flash
Décembre 1999
tous thèmes confondus (sauf  recherche scientifique)

index courriel des lecteurs

 

Réagissez à l'un de ces courriels *

 

Retrouvez le Courriel-Flash 2000 à cette adresse: http://www.admiroutes.asso.fr/courriel/index.htm


Pour le dictionnaire Béta-bloquant
Date: 29 Dec 1999 15:07:11 GMT
From: "Jean-Luc FLAMENT" <Jean-Luc.FLAMENT@agriculture.gouv.fr>

Bravo pour votre action...voilà mon petit bloc, heu ! ma petite pierre.
Usine à gaz : qualification pour tout projet associant plusieurs technologies( client-serveur et internet par exemple ) et pour lequel un béta-bloquant désire...bloquer. (pour bloquer, il suffit de dire que l'autre débloque).

Exemple : vous allez nous faire une usine à gaz !
Jean-Luc FLAMENT

Je l'ai ajouté dans le dico bêta-bloquant AB


Bêtisier
Date: Wed, 29 Dec 1999 17:55:25 +0100
From: "laurent Rieuneau" <Laurent.Rieuneau@justice.gouv.fr> Organization: CJN-BAI
Bonjour Anne,

Pour compléter le bêtisier, une citation (vraie, j'ai une copie) d'un PV de Police :

Nous, x, inspecteur en fonction à la sureté urbaine, mandons et entendons Melle Y, qui nous déclare : "je suis sourde et muette".

Bonne Année !

,ø¤°`°¤ø,¸_¸,ø¤°`°¤ø,¸_¸,ø¤°°¤ø, laurent Rieuneau ,ø¤°`°¤ø,¸_¸,ø¤°`°¤ø,¸_¸,ø¤°°¤ø,

Merci Laurent, j'ai ajouté cette citation dans le bêtisier. J'aime beaucoup votre petite guirlande.


Archives
Question de Nadine Gilbert conservateur aux Archives départementales des Pyrénées-Orientales
à JP Baquiast
Le: Sun, 26 Dec 1999 11:46:39 -0500

Bonjour,

J'ai suivi le forum sur la proposition du sénateur Laffitte sur l'usage dans l'administration des logiciels libres avec beaucoup d'intérêt.

Je suis conservateur aux Archives départementales des Pyrénées-Orientales, et utilisatrice à titre personnel de Linux (membre de l'association Linux-31 à Toulouse).

Je trouve inquiétant qu'on se lance dans une dématérialisation des preuves du travail des institutions françaises (et du matériau historique du futur sur le XXi e siècle) sans réfléchir aux moyens de conserver ce nouveau type d'archives

Voir en particulier:
*Canada. Archives nationales (services au gouvernement) : http://www.archives.ca/exec/naweb.dll?fs&0608&f&top&0
Bibliographie en français : http://www.archives.ca/exec/naweb.dll?fs&0603&f&top&0

On pourrait aussi citer les États-Unis et l'Australie, très actifs dans ce domaine, et d'autres pays....

* Europe. DLM-Forum sur les données lisibles par machine
colloque de 1996 : http://www.echo.lu/dlm/fr/proceedings.html
colloque de 1999 : http://www.dlmforum.eu.org/index.html

France. Archives nationales
projet Constance : http://www.lmb.cnrs.fr/Article/Art1995/5Dossier58.html
politique de la direction des Archives de France : http://www.dlmforum.eu.org/fulltext/full_dher_fr.htm

Je souhaite diffuser le texte de votre message qui me parait très intéressant sur la liste de discussion de l'Association des archivistes français (archives.fr) avec une information sur le forum du sénateur Laffite. Y voyez-vous un inconvénient ? Merci de me répondre, j'attends votre feu vert pour envoyer mon message sur archives.fr.

Bien cordialement  Nadine Gilbert

Réponse de Jean-Paul BAQUIAST <jpbaquiast@compuserve.com>
Archiver sur support électronique ne signifie pas:

L'archivage numérique a, pour moi qui ne suit pas archiviste, un rôle essentiel, permettre l'accès facile aux documents archivés (qu'il s'agisse des corps de contrôle de l'administration, des juges, des journalistes, du public).

Par ailleurs, tout ce que publie Admiroutes peut être repris ou diffusé sur telle ou telle liste, en respectant la netiquette évidemment.

Merci de votre intérêt. Baquiast


Jean-Paul Belmondo et internet
Dans Paris Match du 30 décembre 1999 page 42:
"... Je ne surfe pas sur internet, je préfère la vie en direct.
Pour moi, c'est plus romantique d'envoyer une lettre d'amour écrite à la main qu'un e-mail....".

Toujours le vieux mythe qu'internet exclu la population qui l'utilise de toute forme d'activité concrète, physique: si on fait de l'internet, on refuse la vraie vie.
Voir le dictionnaire du bêta-bloquant, notamment "aller au musée"
ou "rapport charnel"
.


Recherche/Trouve rapport MASSOT
Date: Wed, 22 Dec 99 16:33:45 PST
From: rnerriere@gmf.fr (Remy NERRIERE) Documentaliste Juridique

Bonjour à tous,
Je recherche en vain sur internet le rapport Massot sur la responsabilité pénale des décideurs publics. Quelqu'un connaitrait t il une adresse URL où il se trouverait ou une version papier qu'il serait possible de m'adresser ?
Par avance merci ;-)

Trouve rapport Massot
Date: Fri, 24 Dec 99 13:25:36 PST
From: rnerriere@gmf.fr (Remy NERRIERE) Documentaliste Juridique

on vient de m'avertir qu'il est en ligne depuis aujourd'hui sur le site de la documentation française.
Groupe d'étude sur la responsabilité pénale des décideurs publics
- Rapport au Garde des Sceaux  -
16 décembre 1999
http://www.ladocfrancaise.gouv.fr/fic_pdf/massot.rtf (502 Ko)
http://www.ladocfrancaise.gouv.fr/fic_pdf/massot.pdf (637 Ko)


Mission Baquiast en Basse-Normandie
Date: 15/12/99 21:07
Exp.: Jacques Dufresne, INTERNET:dufresne@la-normandie.com
A: "Jean-Pierre Baquiast"

Bonjour Monsieur,
Pourriez-vous m'indiquer quelles ont été les suites de votre intervention auprès du préfet de Basse-Normandie?
Je fais référence à votre texte : Programme "Administrations partenaires en Basse Normandie " et suites éventuelles.
http://www.admiroutes.asso.fr/mission/interview/bassenormandie.htm
dans le cadre de la Mission Baquiast - Propositions sur les apports d'Internet à la modernisation du fonctionnement de l'Etat.
Dans l'attente de vous lire, je vous prie de croire à mes sentiments les meilleurs.

Jacques Dufresne
Directeur-rédacteur en chef de "La Lettre de Basse-Normandie"
(hebdomadaire indépendant d'information économique créé en 1985) et du site "La Normandie" : www.la-normandie.com
(site d'information journalistique sur internet créé en 1996)
Correspondant régional du quotidien économique Les Échos (depuis 1991)

Je n'ai été informé d'aucune suite, ce qui ne veut pas dire qu'il n'y en a pas eu. JPBaquiast.


Médiateur de l'edition publique
Date: Tue, 21 Dec 1999 17:04:53 +0100 (MET)
From: Jerome Rabenou Organization: http://www.rabenou.org
To: scherer@paris.ensmp.fr

Un texte interessant :
Circulaire du 9 decembre 1999 relative a l'institution d'un mediateur de l'edition publique :
http://www.legifrance.gouv.fr/citoyen/jorf_nor.ow?numjo=PRMX9903863C
Archivage d'un site

question à la liste de diffusion d'admiroutes (admiroutes@club.voila.fr)
2 réponses: Vincent Bénard et Sébastien Dubourg

Bonjour à tous,
j'ai besoin d'avoir votre avis sur le point suivant:
Imaginons un webmestre d'un ministère. Son fournisseur de service (interne) se plaint du trop plein d'info dans le site et lui demande d'archiver. (apparemment 1 giga octet paraît énorme au fournisseur de service).

Le webmestre comprend qu'il s'agit du classement des données par années...(ce qu'il a commencé à faire dés qu'il a été nommé sur le site).
ce que je fais moi-même personnellement pour Admiroutes AB

Non point, il s'agit purement et simplement de nettoyer le site de documents anciens (textes anciens, documents mis en ligne du temps du ministre précédent, bulletins officiels de l'année précédente...).

Que lui répondre?
-Que les liens mis en place, par des millions de webmestres de par le monde, vers le site ne doivent pas conduire à des 404 not found?
-Qu'il n'y a pas de documents périmés, mais un historique.
-Qu'il trouve une solution technique permettant de pérenniser les voies d'accès actuelles aux archives et permettant de garantir la continuité de l'accès aux archives indépendamment des supports ( à ce propos quelqu'un a-t-il une idée?)

La réponse de Vincent Benard <veb@chez.com>
Date: Tue, 21 Dec 1999 07:35:23 +0000

un principe: n'archivez pas ! "old information is always good information" (J.Nielsen), l'important est qu'elle soit clairement datée. et puis archiver demande du temps (nettoyage de liens, etc....) et le coutXhomme d'une telle opération ne se justifie pas. en revanche, prévoire un nommage des pages et des dossiers permettant un  "archivage soft" au fur et à mesure par simple changement de lien.

deux idées: si l'hébergeur est interne:
1) récupérer un "vieil ordinateur" de deux ans avec 2 gigaoctets de disque dur et le passer sous linux + apache (une "vieille" machine devient alors parfaitement capable de servir beaucoup de pages statiques sans s'effondrer au bout de 50 hits....) :le cout du go servi devient négligeable.

2) le meme effet peut etre obtenu en achetant des petits serveurs de type cobalt qube ou cobalt raq www.cobalt.com ou encore rebel www.rebel.com qui permettent de servir de grosses quantités de données pour pas cher, toujours sous linux... c'est (parait il ) tellement simple a administrer que l'argument "ah mon bon monsieur, ici on n'installe pas de linux" tombe ( encore que dans mon ministere, le mur de redmond ne soit pas encore tombé...)
Ce type de solution permet-il de ne pas avoir de 404 not found sans avoir à changer quoi que ce soit? Sinon ne faut-il pas prévoir au départ

3) toutefois, ce type de solution est un pis aller. Puisqu'on parle de serveur administratif, je suggère que matignon (ou la mtic, ou le sig, ou qui on veut) fournisse à l'ensemble des ministeres une structure unique d'hébergement de gros volume, scalable (?), permettant une mise à jour facile de pages, d'un ensemble de pages, l'interfacage facile des sgbd desdits ministeres, et surtout une syndication (?) facile des contenus (fils d'infos, etc...) de façon a créer une véritable synergie des sites gouvernementaux, et à éviter à chaque ministere de lancer ses propres marchés pour choisir sa solution technique, incompatible avec celles des voisins.

Cette structure serait vouée à l'hébergement de tous les .gouv.fr, ainsi que de nos assemblees.

Non seulement le probleme de giga octets de mon collegue serait résolu, mais en plus des services à tres forte valeur ajoutée seraient offrables à tous les webmestres administratifs et par la meme aux internautes, le tout avec des économies d'échelle considérable. Alors, on commence quand ?

La réponse de Sebastien Dubourg <s.dubourg@senat.fr>
Date: Tue, 21 Dec 1999 19:43:14 +0100

En ce qui concerne l'archivage je n'ai pas vraiment de solution. Sur notre site nous avons défini au départ une structure en répertoire qui permette de garder sans trop de problème l'ensemble de ce que nous publions. Nous augmentons l'espace disque régulièrement.

Nous travaillons sur une version du moteur de rechercher qui permette d'éviter le bruit généré par les documents anciens. Nous développons également une base de donnée qui permettra de générer automatiquement des index par années.

Atention si l'on change la structure de son site, il faut prévoir des redirections pour éviter les 404.

Sébastien, Bonnes fêtes

C'est bien cel


Federal help desk forum
Date: Mon, 20 Dec 1999 07:30:07 +0100
From: Bruno OUDET <Bruno.Oudet@imag.fr>

Un point oublié sans doute dans nos réflexions. Mieux tenir compte de l'expérience dans le secteur marchand.

Les "help desks" existent depuis longtemps maintenant dans ce secteur. Ils pourraient aider à faire progresser l'administration. C'est un des aspects du plan Gore pas assez mis en évidence.
Bruno

Federal Help Desk Forum Announced

Managers of all federal help desks are invited to attend a free Federal Help Desk Forum on Tuesday, Feb. 29 at the Washington D.C. Convention Center in Washington, D.C. The forum will feature a full day program of help desk industry leaders offering a broad perspective on today's help desk industry and practices, as well as networking sessions designed to promote exchange of ideas among similar federal help desks.

The event will be facilitated by the Next Generation Weather Radar (NEXRAD)
Hotline manager, Daryl Covey, with assistance from the National Partnership for Reinventing Government. Guest speakers will include Susan Valaskovic, deputy director of the National Partnership for Reinventing Government and Ron Muns, Help Desk Institute chairman.

Some of the common challenges faced by federal help desks include a unique fiscal cycle and changes brought about by new legislation. Topics to be covered during the forum will include an overview of current best practices and trends, measurement and management of performance, "lessons learned" in providing public and internal government support, help desk and support technology, future trends and introductions to professional help desk

organizations.

The forum is not limited to computer systems help desks but is meant to address all federal help desk support, regardless of the type of system or service involved. Most, if not all federal agencies, such as the Weather Service's Next Generation Weather Radar hotline and the White House hot lines for policy assistance, provide a wide variety of user support and real time consulting.

Federal Help Desk Forum attendees will also receive free admission to the Customer Relationship Management/Support Services Expo and special educational sessions addressing federal support issues at the CRM/Support Services Conference March 1 at the Washington, D.C. Convention Center, through the courtesy of ZD Events. For additional information on CRM/SSE,

please visit www.crmss.com <http://www.crmss.com> . In addition, federal help desk employees are invited to take advantage of a new resource, the Federal Help Desk Registry, by registering their help desks on the World Wide Web at http://www.fedhelpdesk.osf.noaa.gov <http://www.fedhelpdesk.osf.noaa.gov> . Created and facilitated by Covey, the registry is designed to foster networking, bench marking and sharing of best practices among federal sector help desks. Membership is free and open to all federal help desks, regardless of size, location or type of support provided.

The help desk profiles collected on the Web site will be compiled and shared with all registrants for networking and professional interaction to enhance their operations, Covey said. Only federal employees are authorized to enter profiles, including those for contracted support. No individual profile or contact information will be released outside the federal sector.

The NEXRAD Hotline, which is part of the NEXRAD Operational Support facility in Norman, Okla., supported by the Departments of Commerce, Defense and Transportation, has won several awards since it was established in 1991, including a recent Vice President's Hammer Award for Reinventing Government and a Department of Commerce Silver Medal.

Registration information for the Federal Help Desk Forum will be mailed to all members of the Federal Help Desk Registry. Online registration is available at: http://www.zdevents.com/crmss/spring2000/federal.html <http://www.zdevents.com/crmss/spring2000/federal.html> . For additional information or to volunteer to help with the forum, contact Covey at (405) 366-6510, ext. 1232 or dcovey@osf.noaa.gov <mailto:dcovey@osf.noaa.gov> .

[end]
Daryl L. Covey
Chief, Field Support Section
dcovey@osf.noaa.gov <mailto:dcovey@osf.noaa.gov>


Tr: European Commission Position on XML/EDI
Date: Mon, 20 Dec 1999 12:27:07 +0100
From: Rémy Marchand <rm-edi@worldnet.fr>

Quel dommage que l'administration française ne soit pas sur la même longueur d'ondes que la Commission Européenne.

----- Message d'origine -----

De : Dick Raman
À : XML/EDI List
Envoyé : dimanche 19 décembre 1999 15:57
Objet : European Commission Position on XML/EDI

Please take a moment to read how the XML/EDI Dissemination event of 1 December in Brussels has prompted the European Commission to come up with this statement. I guess this lays a heavy responsibility with the XML/EDI Workshop, but I think it is a challenge we can meet!

Dick Raman,
CEN/ISSS XML/EDI Workshop Chair
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

EUROPEAN COMMISSION ENTERPRISE DIRECTORATE-GENERAL

Regulatory policy and standardisation, electronic commerce, telematics networks, environment Industrial aspects of electronic commerce

The Head of Unit

Brussels, 9 December 1999

NOTE TO THE ATTENTION OF MR. VARDAKAS

- For information -

On 1st December, a dissemination event "Advancing XML/EDI in Europe" took place in Brussels, attended by more than 200 people. It had been triggered by two complementary ISIS projects (XML/EDI and EXPERTS) for the validation and demonstration of XML/EDI. The event focused on business aspects relating to the implementation of XML/EDI, and development of common practices based on open standards. Representatives from major business and standards organisations made an active contribution.

The event was hosted by the Commission and organised by the ISIS projects, with support provided by CEN/ISSS; it was already the fifth major public event in 1999 that involved CEN/ISSS.

There are a number of lessons to be learnt from this and other events:
(1) Open meetings of this kind are an extremely valuable tool.
– They attract new players in the standardization arena, not least from industrial and specific business sectors. More than 500 experts in total have participated in CEN/ISSS open meetings, and many of them will further contribute to standardization activities;

– They have improved understanding of the market requirements for information society standardization.
By opening up the traditional standardization processes, the open meetings have demonstrated that it is of critical importance to involve all relevant stakeholders directly in the standardization process. The traditional standardization approach neither guarantees that market needs will be sufficiently addressed nor that the relevant players will be actively involved.

As a general matter of principle, in future open hearings organised by CEN/ISSS should be a "must" to discuss with the relevant stakeholders the preparation and further implementation of information society standardization work programmes, thus ensuring feedback from the market players at all stages.

(2) XML/EDI is a highly important application to EDI of the new Web data format XML to EDI. It can cover exchange between people, where human readability is important, between people and application rogrammes, or directly between two application programmes. XML/EDI will have a deep impact on the development of message formats in many applications and sectors (e.g., healthcare, business services, and multilingualism).

EDI will take advantage of a number of XML features (Internet foundation, message design know-how, industry support, marketing), just as XML will of EDI features (semantics, user support). The CEN/ISSS Workshops XML/EDI and EBES address XML/EDI and EDIFACT respectively. CEN/ISSS should strengthen internal coordination, and should create the conditions for the evolution of a single Workshop that will attract the interest of all interested parties. The still existing EDIFACT and Internet communities should stop fighting each other, and start to cooperate with a view to combining the best of both worlds.

(3) XML/EDI is born global, and there is very little that is specifically European in this area.

In general, global standards are needed, but European standards groups have an important role in ensuring that global standards meet the needs of Europe and are implemented in Europe. This, however, requires the direct involvement of business players into the standardization process and a profound understanding of the emerging business models of the digital economy.

The CEN/ISSS XML/EDI Workshop could become the European focal point for the preparation of inputs to international initiatives by ensuring full transparency, involvement of the relevant stakeholders, and proper coordination with national initiatives. Since XML/EDI is a global phenomenon, national standards in this field are premature, as they will generate barriers to trade and will hamper the creation of Europe-wide businesses in electronic commerce. Inputs should be provided in particular to ebXML , a recently launched joint forum of OASIS and UN/CEFACT.

An active involvement in ebXML will require consolidation of the European position, and the availability of financial tools to support European participation in international standardization work related to XML/EDI. The two ISIS projects have demonstrated that European interests can be leveraged at international level.

(4) The XML/EDI standards will be further developed at the international level.

However, they have to be adapted to specific sectoral needs. The transition from old EDI-based systems to the new technologies implementing XML/EDI should be facilitated, and should become a priority for future ISIS projects.

XML/EDI related projects, running under different programmes of the Commission, should be encouraged to co-operate under the umbrella of the CEN/ISSS XML/EDI Workshop (as this is already the case for related ISIS projects). Key elements such as best practices, awareness, and standards should be addressed commonly, in order to avoid duplication of work and to learn from each other in a constructive and efficient manner.

(5) During the debate, most participants agreed that the further promotion of XML/EDI depends strongly upon the active involvement of consulting companies and software developers. XML/EDI implementation in existing corporate systems will require the re-engineering of the structure of companies and their business processes and thus be "filtered" by professional business consultants and commercial software. In most cases, XML/EDI standards will not be direct implemented as they form part of more complex business solutions. The publication of such standards is therefore an insufficient tool to further promote their usage (even if made available free of charge).

Promotion and acceptance of XML/EDI will be carried out successfully only through combined efforts in standardization policy, awareness-building and software development. To this end, the Commissions initiatives in these different fields need to be better coordinated and more strictly oriented towards strengthening European competitiveness, notably through incentives for the creation of dynamic electronic marketplaces and the development of cost-effective and SME-friendly software, based on open standards and specifications.

signed
Reinhard Büscher
reinhard.buescher@cec.eu.int


Nabucco et Apogee
Date: Fri, 17 Dec 1999 10:49:32 +0100
From: Armel Le Bail <lebail@aviion.univ-lemans.fr> Organization: Universite du Maine - France

La je tire mon chapeau : pire (ou mieux) que Bill Gates !
D'apres un compte rendu local du 8/12 (Universite du Maine), Nabucco et Apogee, 800KF la mise a jour ! J'ignore quelle societe engrange tout cela, mais avec 70 "Universites" environ, cela fait 56MF, en gros. Mieux que le budget d'un jeu video sur CD qui donne du boulot a 25 personnes pendant 3 ans. Et tout cela pourquoi ? Demandez aux usagers de Nabucco, ce logiciel est decrit comme un dinosaure, en plus lourd et moins pratique.

Si on cherchait encore la preuve que l'Universite n'est a la pointe de rien du tout, elle est la. Cette incapacite a mobiliser des effectifs internes pour realiser ce genre de logiciel me laisse pantois. Tous ces prof. et MdC qui enseignent la programmation et font suivre des stages a ces milliers d'etudiants, tous plus doues les uns que les autres... On pourrait s'attendre a voir sortir presque naturellement ces logiciels de gestion, quasi enfantins, par un processus de type "open source", GNU public license, etc. Mais non, le fric est confie au prive qui boucle le systeme et engrange a chaque mise a jour.

Dites moi que je reve ou que je raconte des salades. Ou alors, c'est le Ministere de l'Enseignement Superieur lui-meme qui produit (sans sous-traitance ??) ces logiciels et les revend au prix fort (tres-tres fort) aux Universites, reprenant d'une main ce qu'il donne de l'autre.

Eclairez-moi !
--
Armel Le Bail - Universite du Maine, Laboratoire des Fluorures,
CNRS ESA 6010, Av. O. Messiaen, 72085 Le Mans Cedex 9, France
http://www.cristal.org/

Nous notons votre point de vue, mais n'avons pas d'informations sur le sujet. Avis de nos correspondants?
Baquiast.


clôture du forum sur la proposition de loi des sénateurs Laffitte et Trégouët
Date: Thu, 16 Dec 1999 18:56:55 +0100
From: Pascal Desrousseaux <p.desrousseaux@senat.fr>
Bonsoir,

Ceci est la dernière utilisation de la listes des contributeurs au forum organisé par MM. les Sénateurs Laffitte, Trégouët et Cabanel sur leur proposition de loi tendant à généraliser dans l'administration l'usage d'Internet et de logiciels libres
(http://www.senat.fr/grp/rdse/page/forum/index.htm).

Après 1403 contributions et 102.000 consultations, les Sénateurs ont décidé de clore le forum et de déposer une nouvelle proposition de loi (numéro 117) qui tient compte des débats ayant eu lieu sur le forum. Cette nouvelle proposition de loi est en ligne à l'adresse suivante :
http://www.senat.fr/grp/rdse/page/forum/texteloi.html

Les Sénateurs remercient tous les internautes qui ont permis d'enrichir leur texte. Ce texte sera à présent examiné par la commission des lois du Sénat et son rapporteur le Sénateur Charles Jolibois.

Cordialement,

Pascal Desrousseaux Administrateur
Service de l'Informatique et des Technologies Nouvelles
Le Sénat sur Internet : des sites au service du citoyen
http://www.senat.fr : 35.000 pages html en ligne.
http://www.carrefourlocal.org : le site du Sénat destiné aux acteurs locaux.
http://www.junior.senat.fr : le site du jeune citoyen.


Accès gratuit au Droit
Date: Wed, 15 Dec 1999 11:13:00 +0100
From: Pierre Mayeur <pierre@mayeur.net> Droit.org

Bonjour,

...droit.org est un serveur fondé sur un modèle coopératif. Il ne me demande qu'un temps limité (environ cinq heures par semaine pour faire une "veille" des sites, mettre à jour les pages). Dans sa forme actuelle, il ne peut rester que gratuit, bien évidemment.
En revanche, de véritables services de valeur ajoutée (actualités juridiques, bases de données, systèmes de push, etc...) méritent tout à fait d'être rémunérés.

Pour les bases de données juridiques, je persiste à penser qu'à partir du moment où elles sont saisies par des agents de l'Etat, il n'y a pas de véritable raison pour qu'elles soient payantes.
PM

Cher Pierre ta parole est d'or et je regrette de ne pas t'avoir plus tôt mis en lien permanent sur la page d'accueil d'admiroutes. Cette faute impardonnable est réparée. Dans la foulée des amendes honorables, je vais également faire un lien permanent sur l'ISOC. AB


Programme d'Autrans
Bruno OUDET, INTERNET:Bruno.Oudet@imag.fr
A: , INTERNET:isoc-fr-membres@imag.fr
Date: 13/12/99 13:11

Autrans (Isère, Vercors), 14/12/1999 - Les Rencontres d'Autrans (6-8 janvier 2000) abriteront la première audition publique que Christian Paul, député (PS) de la Nièvre, tiendra dans le cadre de la mission que lui a confiée le Premier ministre Lionel Jospin le 15 novembre pour étudier la mise en place d'un futur organisme de " corégulation " des réseaux de la société de l'information, associant acteurs publics et privés.

Le député a indiqué qu'il venait " à la rencontre des membres de l'Internet Society et des acteurs de l'Internet ", conformément au mandat qu'il a reçu d'établir une concertation non seulement avec les représentants des pouvoirs publics mais aussi avec " des éditeurs de contenus, desprestataires de services en ligne, des utilisateurs et des intermédiaires techniques de l'Internet ". Le débat, comme la mission de préfiguration, porte sur le contour exact des compétences que pourrait exercer le futur organisme de corégulation ainsi que sur les modalités concrètes de sa mise en place.

Les " Rencontres de la société française en réseau ", qui se déroulent à Autrans (Vercors) pour la quatrième année consécutive, ont été choisies pour la première audition publique dans la mesure où le Premier ministre a souhaité qu'il soit tenu " le plus grand compte des attentes et des projets des différents acteurs de l'Internet ". Autrans est le lieu privilégié en France de débats sur la société de l'information. En janvier 2000, on y présentera notamment les " cahiers de doléances " (forum citoyen sur l'Internet) et le projet Initiative Française pour l'Internet Nouvelle Génération (réseaux à haut débit). On y évoquera la " net-économie " et la " gouvernance " de l'Internet. Diverses personnalités y sont attendues, notamment Mme Catherine Trautmann, ministre de la culture.

Dans ce cadre de l'événement se tiendront également à Autrans, à l'initiative du District du Plateau de Villard de Lans (Vercors), les Premières Rencontres des acteurs de la société de l'information en Rhône-Alpes (vendredi 7 janvier au matin) ; ces Premières Rencontres Régionales permettront aux porteurs de projets d'échanger leurs expériences et de formuler des propositions pour faire progresser la mise en réseau de la société.

Renseignements :
- www.internet.gouv.fr/coregulation.htm

Forum :
- www.internet.gouv.fr/francais/interactivite/coregulation.htm

Inscriptions en ligne :
- www.isoc.asso.fr
- www.si-rhone-alpes.net

Relations presse :

Marie-Claude Prévitali, Grenoble,
Tél. 04 76 99 85 82, Fax 04 76 98 67 36,
E-mail : marie-claude.previtali@picvalley.com


Forum sur le livre électronique
Date:   Mardi 14 décembre 1999
De Christophe Jacquemin <christophe.jacquemin@admiroutes.asso.fr>

Le ministère de la Culture lance un forum de discussions sur le livre numérique (http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/forum/livre-numerique/participer.htm/)
Nous l'avions déjà signalé en novembre


On trouve également, sous l'URL http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/forum/livre-numerique/ , le rapport de la Commission de réflexion sur le livre numérique (mai 1999)

On peut également lire l'article "Le papier électronique des Gutemberg de la recherche", paru dans la rubrique "Science" d'Admiroutes en juin 1999.


Democratie participative
Date:   Sun, 28 Nov 1999
De: Eric Lombard <Eric.Lombard.@wanadoo.fr>

Citoyen de base, je mene depuis quelques mois une reflexion sur l'utilisation d'Internet pour ameliorer notre participation a la vie de la cite. Ce n'est que recemment que j'ai decouvert le site Admiroutes et sa rubrique "Internet, democratie politique, democratie directe" dans laquelle s'expriment un certain nombre de points de vue proches de mes preoccupations. Je souhaiterais apporter ma contribution au debat qui s'amorce et vous propose le texte suivant (en fin de cet email) qui est egalement disponible sur mon site personnel http://perso.libertysurf.fr/eric.lombard dans une version plus detaillee. Mon CV ainsi qu'une selection de liens sont egalement disponibles sur ce site. Cordialement

Résumé
Partant du constat que l'Internet, malgré son immense potentiel, n'a pas encore été véritablement exploité pour introduire plus de démocratie dans la vie publique locale, l'auteur de ce site axe son projet sur les domaines suivants : communication de bas en haut (bottom-up), débat public sur les projets collectifs et forums d' initiatives locales. Il passe en revue les conditions qu'il juge indispensables au succès de cette entreprise, et met en particulier l'accent sur le rôle déterminant des facilitateurs en charge d'animer les débats et de créer les conditions du consensus. Actuellement cadre supérieur dans une entreprise industrielle, il souhaite, dans le cadre d'une année sabbatique, mettre en place un site expérimental dans une ville française intéressée par ce projet.

1. Constat : la réalité des sites web n'est pas à la hauteur des immenses possibilités offertes par Internet dans le domaine de la démocratie directe

2. Et pourtant les ingrédients propres à redynamiser la vie démocratique sont réunis :

3. Le présent projet vise à expérimenter l'utilisation d'Internet dans des collectivités publiques dans le but d'élargir la participation des citoyens à la vie démocratique Il explorera les 3 axes suivants :

Ce projet vise plus particulièrement les collectivités publiques, essentiellement locales, mais pourrait être étendu avec profit, sous certains de ses aspects, à d'autres collectivités humaines telles qu'entreprises ou associations.

4. Les principes fondateurs décrits ci dessous sont indispensables au succès du projet
La technologie est nécessaire, mais ne suffit pas. Le succès ou l'échec dépend de la manière de l'utiliser. Au regard de mon expérience et de mes observations de l'existant, voici quelques principes de base : Forte valeur humaine ajoutée . Transparence . Accessibilité . Convivialité . Complémentarité Internet/medias classiques

5. Cherche collectivité pour mettre en oeuvre ce projet
L'auteur de ce projet est actuellement cadre supérieur dans une grande entreprise industrielle. Il souhaite, dans le cadre d'une année sabbatique, mettre en oeuvre ce projet avec : - soit une collectivité locale intéressée par la mise en place des concepts développés ici - soit un cabinet de conseil travaillant avec des collectivités locales dans des domaines de la communication et des nouveaux medias - soit une association à but non lucratif


Senior-fonctionnaires au rapport
Date: Sat, 11 Dec 1999 16:55:55 +0100
From: jp.baquiast@meudon.netcable.tm.fr (Baquiast Jean Paul)

Il vient d'être crée au Royaume Uni un groupe de senior-fonctionnaires, les "Champions pour la société de l'information dans l'administration" qui produit des études et des recommandations aux Pouvoirs Publics. On peut les consulter à l'adresse suivante www.iagchampions.gov.uk.

Qu'attendons-nous pour faire la même chose en France? Des propositions pratiques très intéressantes sont présentées, notamment dans le domaine des changements d'adresse, de la carte à puce, etc.
Voir page/jellinek/senior.htm


Sites WebMaestro et WebReference
Date: Fri, 10 Dec 1999 16:04:49 -0500
From: Pierre Lamothe <Pierre.Lamothe@sct.gouv.qc.ca>

Bonjour Anne,

Voici quelques références qui peuvent sans doute t'intéresser...si tu ne les connais déjà.
Cordialement,
Pierre Lamothe Québec

de Direction des inforoutes et de l'information documentaire, MRCI
Courriel: benoit.girard@gouv.qc.ca
http://www.webmaestro.gouv.qc.ca

(1) WebMaestro, le site des spécialistes du Web du gouvernement du Québec
(http://www.webmaestro.gouv.qc.ca/)
(2) WebReference (http://webreference.com/) Le site WebReference inaugure aujourd'hui une nouvelle série de tutoriaux consacrés cette fois au XML. J'ai lu le premier article. Comme toute la production de WebReference, il est très bien fait. Si vous souhaitez vous initier en douceur au XML, je vous recommande de commencer dès maintenant à lire ces articles.
http://webreference.com/xml/

En passant, si vous ne connaissez pas WebReference, allez-y faire un tour. Ce site de soutien pour les webmestres offre des tutoriaux en ligne sur tous les sujets imaginables pouvant intéresser un webmestre: du langage Perl jusqu'au Javascript, en passant par un cours complet sur l'esthétique du Web (Dmitry's Lab), etc. Une ressource incontournable.
Benoît Girard


Mais que fait le Gouvernement ?
Date: Wed, 08 Dec 1999 16:10:51 +0200
From: contact <s.a.inventaires@wanadoo.fr>

Selon Adminet ( http://www.admi.net/jo/t.html )
- 4877 lois, ordonnances ou decrets sont cités au Journal Officiel depuis le 1/1/1998
- 2872 sont disponibles en texte integral sur le Web, soit
- 58 % du nombre total des textes cité
Cordialement, G.L.


Prodi avance sur son projet de promotion de l'Europe Numerique
Date: Thu, 09 Dec 1999 08:20:27 +0100
From: Bruno OUDET <Bruno.Oudet@imag.fr>

Dans les couloirs à Bruxelles on parle beaucoup d'un des projets du président Prodi: la promotion de la société de l'information en Europe. Il avait cité ce thème dans un de ses premiers discours. Depuis son cabinet a bossé.

Voici il me semble un des premiers résultats en pdf:
http://europa.eu.int/comm/dg13/com081299_fr.pdf (626Ko - 16 pages)


Réseaux-services de prox (1 question - 2 réponses)
Date: Wed, 1 Dec 1999 21:03:06 +0100
From: "Michel ARCHIER" <marchier@club-internet.fr>

une communes peut -elle passer une convention avec une association loi de 1901 qui l'aiderait à réaliser le site internet de la ville le montant de la subvention allouée serait égale aux dépenses engagées ( logiciels hébergement , téléphone maintenance . . )
merci de votre réponse et des références de textes utilisés
merci de rediriger mon message si nécessaire
existe -il des forums sur la question ?
merci  Michel ARCHIER

Réponse de Guy Lemée contact <s.a.inventaires@wanadoo.fr>
Date: Thu, 02 Dec 1999 13:58:15 +0200
Si l'objet de l'association est bien conforme, autant lui passer directement une commande (inférieure à 300.000 FTTC) signée du Maire...

Réponse de Carlos Fuego cfueyo@sitiv.fr
Date: Wed Dec 08 15:59:04 1999
Attention, ça ne me semble pas aussi simple. Je crois qu'une entreprise privée qui fournirait les memes services pourrait tout à fait attaquer l'association et la municipalité pour concurrence déloyale. Ou la Cour Régionale des Comptes relever l'infraction lors d'un controle a posteriori.
Un juriste pourrait-il nous éclairer sur cette question, qui se pose fréquemment dans nos collectivités ?


Guidâne et livre de Jean-Paul Baquiast
Date: Wed, 8 Dec 1999 10:13:35 +0100
From: "MARTEL CLAIRE" <Bernard.Labadie@wanadoo.fr>

Bonjour, avant toutes choses, laissez moi vous dire à quel point j'ai apprécié votre guide et tout le contenu d'Admiroutes. Je suis chef de projet d'un site secondaire à créer dans le site gouvernemental du Ministère de la défense (consacré à la partie coopération et international pour la DGA) et j'ai un peu d'expérience internet ( pages thématiques sur le site universitaire du cremoc (http://www.cremoc.org) et site professionnel créé pour mon mari, musicien.Toute cette expérience m'a été communiquée par une jeune webmaster, passionnée d'Internet (webmaster du site cremoc précité) et par des heures passées sur le réseau.

Je vous félicite, pour l'excellent travail accompli et par la force d'entraînement que cela créée chez des administratifs comme nous, en charge de promouvoir Internet au sein de départements encore plein de réticences.

Par ailleurs, j'ai acheté le livre Internet et les Administrations que je lis avec délectation.

Claire Martel Mindef DGA DCI


Droits d'une association
Tue, 07 Dec 1999 23:03:46 -0300
From: LEON Eric <netamazonie@wanadoo.fr> Organization: Association NetAmazonie

Bonjour cher amis,

Je suis président d'une association Loi 1901 de passionnés d'internautes en guyane Francaise, son but est de promouvoir Internet dans la région ouest de la Guyane francaise. Nos actions principales sont les suivantes:

Ma question est la suivante ?

Avons-nous le droit suite à une demande d'une collectivité, de créer un site internet dont nous assurerions la gestion, et nous faire payer nos prestations ???
Maitrisant mal le sujet, votre aide nous sera d'une grande utilité.

merci!

Eric LEON (Président de l'association)
Association NetAmazonie
Site: http://www.97320.com


Shopping avec comparaison des prix.
Date: Tue, 07 Dec 1999 10:38:34 +0000
From: Florent Voignier <voignier@natium.com>

Bonjour,

Le site http://www.natium.com propose un moteur de recherche spécialisé dans le shopping avec comparaison des prix.

On peut rechercher simultanément des produits neufs, d'occasions ou aux enchères et classer instantanément les réponses par ordre croissant de prix. C'est le plus grand index de produits en France.
Les recherches peuvent se faire en langage naturel ou en cliquant sur des liens correspondant aux requêtes les plus demandées.
Le moteur propose tous les jours de nouveaux produits pour enrichir chaque jour la base.

Le site est développé par la start-up française Natium.
Pour d'autres informations, n'hésitez pas à me contacter.

Cordialement,
Florent Voignier - NATIUM
tel : 01/45/81/44/32

PS: le site est ouvert depuis juin 1999 mais il restait discret le temps de tester les technologies utilisées.


Nouveaux métiers liés aux NTIC dans la fonction publique territoriale
Date: Tue, 07 Dec 1999 10:37:47 +0000
From: hervé guihard <guihard@club-internet.fr>
Chef de projet Nouvelles Technologies Ville de Plaisir

Bonjour,

nous avons recherché, sans trouver, un document, une étude... sur le cadre d'emploi des nouveaux métiers liés aux NTIC dans la fonction publique territoriale.
En tant qu'administrateur de ce site avez vous connaissance de travaux sur ce sujet ?
D'avance merci


Demande de stage en droit du multimédia
Date: Mon, 06 Dec 1999 05:51:54 PST
From: "Marta Kuznicki" <martakuznicki@hotmail.com>

Monsieur,Madame,

J'ai trouvé votre adresse sur Internet et je me permets d'utiliser ce moyen pour vous faire parvenir ma candidature pour un stage au sein de votre entreprise.

Marta Kuznicki

La lettre de candidature de Marta

Madame, Monsieur,

Internet est devenu aujourd'hui un moyen indispensable de communication professionnelle. La France rattrape son retard grâce aux mesures gouvernementales. La Commission Européenne crée un cadre juridique au niveau européen. Mais Internet est avant tout un outil mondial.

Pour créer le cadre juridique, vous avez besoin de juristes spécialisés dans ce domaine.

Cette année, je prépare un DESS en Droit du Multimédia et des Systèmes d'Information, formation dépendante du CEIPI à l'Université Robert Schuman à Strasbourg. Dans le cadre de cette formation, je dois effectuer un stage au sein d'un organisme public ou privé de trois mois (mars - avril - mai) pour rendre mes acquis pratiques.

Etant donné que les métiers des nouvelles technologies constituent aujourd'hui la principale dynamique industrielle, j'espère que ma demande de stage rencontrera une issue favorable au sein de votre organisme.

Veuillez agréer mes sincères salutations,
Marta Kuznicki


Comment devient-on webmaster?
Date: Sun, 5 Dec 1999 21:47:03 +0100
From: "nc.m" <nc.m@wanadoo.fr>

Bonjour,

votre intervention sur sam-mag.com a propos du métier de webmaster m'a beaucoup intéressée.
Je me passionne pour internet et ma formation est le marketing international.

Pourriez-vous m'indiquer / me conseiller une école ou une formation pour acquérir la technique de ce métier de webmaster qui paraît tellement passionnant? (sachant que je ne connais rien sur l'informatique ...à part être devenue "acro" d'internet et vouloir un jour en faire un métier)

D'avance merci beaucoup

Marie-Christine Moreau

Il y a pléthore de formation sur le marché: Le métier de webmaster de A à Z (10 jours). Construire un site web (5 jours) etc...mais je ne connais pas leur valeur.
Je profite de votre message pour faire un petit point sur la formation à ce métier.
J'ai déjà formé (c'est un grand mot, disons que j'ai mis le pied à l'étrier à) une quinzaine de personnes. J'utilise pour ce faire, l'éditeur HTML Aolpress qui fait figure d'ancêtre maintenant, mais qui à plusieurs avantages:
-Il est excellent pédagogiquement et il permet d'apprendre facilement le HTML.
-Il est gratuit et se télécharge (3MO) http://www.aolpress.com
-Il est un excellent tremplin vers d'autres logiciels tel que dreamweaver.
-Je l'utilise encore, quand bien même j'utilise  aussi d'autres éditeurs.
Ce que j'ai constaté, c'est que la motivation est pour 80% dans la réussite si le terrain est favorable (bien connaître la manipulation d'un microordinateur, bien connaître l'explorateur windows). Les 20% restant sont liés aux dispositions naturelles de la personne, bien sûr. Mais les échecs viennent souvent du manque de connaissance de l'explorateur windows (l'explorateur permet de comprendre ce qu'est une arborescence de site web).


Merci pour votre article (dans la gazette)
Date: Sun, 05 Dec 1999 08:34:05 -0000
From: "boisdarcyFREE" <boisdarcy@free.fr>
Organization: Ville de Bois d'Arcy http://boisdarcy.free.fr/

Jean-Paul,

Merci pour avoir utilisé le livre d'or du site de Bois d'Arcy ainsi que pour votre article dans admiroutes.
(c'est la deuxième fois qu'un article est publié dans admiroute à propos du site de Bois d'Arcy !)

Pour information, les habitants(es) de Bois d'Arcy sont des Arcisiens et des Arcisiennes.
(je sais, c'est pas évident !)

Pour le portail-citoyen, certaines rubriques du site ont probablement été inspirées par vos articles et notamment votre prototype que je connais bien.

Cordialement,

Jean-Pierre, webmaster BAP


EDIFACT - dématérialisation des factures
Date: Sat, 4 Dec 1999 01:20:35 +0100
De: "Olivier Kerfant" <okerfant@iname.com>

Je souhaite implémenter à grande échelle la dématérialisation des factures au sein d'une start up internet qui va devoir gérer des volumes de facturation très importants : + 30000 / mois, entre notre société et des particuliers.Est ce légalement possible actuellement devant les administrations d'utiliser les normes EDIFACT.Je souhaiterais faire transiter tout le trafic via internet (factures sous forme de fichiers attachés, factures intégrées dans les emails, factures en Html sous espace web dédié). Quelles sont les avancées légales et techniques dans ce domaine?
Olivier Kerfant.
Vous n'êtes pas le premier à souhaiter utiliser systématiquement le web et EDI (ou xml), malheureusement les administrations, bien que légalement tenues de recevoir des messages Edifact, ne sont pas prêtes toutes à le faire. C'est triste à dire mais je crains que vous n'ayez à négocier avec chacune d'elle des accords d'interchange, à moins de passer par un service à valeur ajoutée qui le ferait pour vous. Vous devriez vous renseigner auprès d'Edifrance www.edifrance.org Baquiast


La discussione sul portale per la Pubblica Amministrazione
Date: Thu, 2 Dec 1999 17:41:52 +0100
From: Serena Focaccia <serena.focaccia@ibn-italy.com>

Gentille Anne Bedel,

je vous envoie une copie de "Municipia" ou' nous avons publiée votre contribution.
Je vous remercie encore et j'espere qu'on pourra avoir autres chances de collaboration

A bientot

Serena Focaccia
Internet Business News
Redazione Municipia
http://municipia.it - http://ibn-italy.com

4.2 In Francia è sempre vivo il dibattito sul ruolo di Internet per la P.A.

L'amministrazione francese si dimostra sempre attiva e propositiva nell'affrontare il ruolo delle nuove tecnologie per l'innovazione del servizio pubblico. Dopo la discussione sul portale per la Pubblica Amministrazione [cfr. "Municipia" n. 0107 del 22 novembre 1999 (4.1 ""Referendum" online sul portale per la P.A. francese")], il Senato propone un forum di discussione in cui è stata inserita di recente una bozza di legge sul rapporto tra Internet e P.A. La discussione, interessante e animata, ha evidenziato i temi caldi dell'informatizzazione dei servizi al cittadino.
Data: 21 novembre 1999
Riferimento: Jean-Paul Baquiast <jp.baquiast@meudon.netcable.tm.fr>


Cartes: et les marchands?
Re: CR Réunion ISOC PARIS Ile de France
Date: Wed, 1 Dec 1999 23:03:57 +0100
From:  "Laurent.Vaimbois" <Laurent.Vaimbois@wanadoo.fr>
To: "ISOC Chapitre Francais" <isoc-fr-membres@imag.fr>

Mais qu'en est-il aussi des marchands. Je suis webmaster d'un site Internet marchand à France Télécom. Nous utilisons un système de transactions sécurisées (Télécommerce : n° crypté, vérification auprès du GIE si carte valide et compte client approvisionné) et pourtant nous avons déjà subi 2 cas de fraude pour paiement. Le client a semble -t-il utilisé un numéro de carte ne lui appartenant pas. Le véritable porteur de la carte a déclaré ne pas avoir acheté auprès de sa banque. Il a été remboursé et notre compte débité. Cela s'est passé en mars et nous avons porté plainte contre X auprès du Tribunal en juin et depuis aucune nouvelle. Nous n'avons toujours pas eu le réglement d'un article que nous avons pourtant livré.Il semble donc que les banques font plus confiance au client qu'au marchand. Alors le retard français dans le commerce électronique commence peut-etre par là....

Réponse de jean-Michel Yolin <yolin@cri.ensmp.fr>
Date: Thu, 02 Dec 1999 12:38:14 +0100

le marchand est effectivement la vraie victime s'il ne prend pas de précaution:
le contrat VAD qu'il doit signer avec la banque est très clair sur ce point :
tant qu'il ne peut pas produire une facturette signée il accepte le fait que la transaction soit refusée par le client sans que celui-ci est à produire de justificatif .
Et c'est au marchand qu'il revient de faire son affaire du recouvrement de la créance en s'adressant à la justice

Cela ne pose en général pas de problèmes quand il s'agit de livrer une marchandise dans un pays doté d'une police et d'une justice normale car on connaît précisément les coordonnées physiques du client, et par exemple la profession des marchands de fleurs sur Internet (qui est particulièrement nombreuse et active) indiquait n'avoir jamais été victime d'escroquerie)

Par contre si vous vendez de l'immatériel (musique, site pour adultes, logiciels, pour parler des trois principaux) alors les risques sont importants (mais sont de même nature que le piratage puisque le s'il s'agit d'un manque à gagner et il n'y a pas perte de marchandises)

De même si vous acceptez de livrer huit pull-overs à un habitant de Vladivostok, comme l'a fait Hervé le Bihan payés avec la carte bleue d'une américaine il ne vous reste plus que vos yeux pour pleurer et une histoire pittoresque à raconter à vos voisins


Naissance de Sofia
Internet Actu 13, jeudi 2 décembre 1999
Date: Thu, 2 Dec 1999 16:52:27 +0100
From: "Internet-Actu" <internet-actu@ftpresse.fr> http://www.internetactu.com
Journal édité par la société de presse indépendante FTPresse

Le droit d'auteur sur les réseaux s'appelle maintenant Sofia
------------------------------

La Société Française des Intérêts des Auteurs de l'écrit (Sofia) est née et vise à faire instaurer une redevance sur la copie privée numérique.

L'objectif est de préserver la propriété intellectuelle, les droits moraux et patrimoniaux des auteurs de l'écrit. Dans le cadre du développement des réseaux et supports numériques, la Sofia veut maîtriser cette "nouvelle ère (qui) commence pour le livre et pour les auteurs". Le président de la SGDL (Société des gens de lettres) est gérant de la Sofia.
Contact : sofia3@wanadoo.fr
http://www.sgdl.org/hotel2.htm


Le rapport Van Dooren sur le site du ministère de l'éducation
"Bibliothèques universitaires et nouvelles technologies"


Ne quittez pas la carte des yeux
Tue, 30 Nov 1999 19:39:04 +0000
From: "W. Duncan Richards" <duncan.richards@wanadoo.fr>
To: ISOC Chapitre Francais <isoc-fr-membres@imag.fr>

Hi,

J'ai l'honneur d'être la première personne à avoir déposé plainte contre X au commissariat du 13e arr pour fraude à la carte de crédit sur Internet!

Il ne s'agit pas d'un "pompage", où on est en général très vite remboursé, sans histoires, mais d'une fraude. J'ai suivi un lien vers un site qui se disait gross modo un Playboy ou Penthouse bis (fesses + contenu intello). J'ai laissé mon n° de Carte Bleue pour $5 dollars à l'essai. Je n'y suis pas resté 5 minutes, c'était un site porno comme il doit en avoir des milliers. Sale, quoi. J'ai immédiatement résilié mon abo et j'en ai reçu confirmation par e-mail de la résiliation.

Fin de l'histoire? Non, à la fin du mois, débit de $40 dudit site. E-mail, réponse avec excuses "nous enquêtons". Plus rien, malgré de nombreux mails.

Re-débit le mois suivant. La BNP répond dans un premier temps qu'il n'y avait rien à faire, fallait s'entendre avec le commerçant, puisque j'avais fournit de manière volontaire mon n° de carte. Face à ma menace de changer de banque, ils m'ont dit qu'ils pouvaient s'en occuper, mais moyennant dépôt de plainte de ma part. Chose faite, les flics (pardon le terme, ils étaient sympas) se sont bien marrés. C'est, paraît-il, un vieux coup des sex shops et boîtes louches, qui estiment (souvent avec raison) que la victime sera trop timide pour se plaindre, dès l'instant qu'il ne s'agit pas de fortunes et qu'il faut expliquer à son épouse le pourquoi du problème...! Tout est depuis rentré dans l'ordre, le TGI a classé la plainte sans suite (l'officine de paiement avait disparu de la circulation entre-temps); remboursement des sommes par Carte Bleue Visa.

Morale, ne faire confiance sur le Net qu'au centres de paiement certifiés avec tiers de confiance. Le SSL est insuffisant face à un commerçant verreux (ou qui se fait pénetrer son serveur). (Autre morale, se contenter du catalogue des 3 Suisses, rubrique lingérie, pour des photos érotiques!)

Mais, ces incidents ne sont rien, selon la banque, par rapport aux escroqueries beaucoup plus simples dans la vie non-cyber, telles que vous les décrivez. Conseil impératif : ne quittez pas la carte des yeux, ne jamais la donner à un serveur de réstaurant par exemple, pour qu'il s'en aille chercher le terminal (source d'énormement de fraudes). Ne jamais jeter les souches de guichet automatique par terre... Etc.

Non, ce n'est pas la faute au Net, qui ne fait jamais que réfleter les moeurs de notre société, pour le bien et pour le mal.

Voilà ma petite histoire...
Amicalement
Duncan Richards

Entre l'histoire de Jean-Michel Yolin et celle de Duncan Richards, je développe une véritable psychose. Mais comment vivre sans carte. AB?

Archives

http://www.admiroutes.asso.fr/action/courriel/divers/1999dece.htm