La fausse-vraie médiathèque

par Jean-Paul BAQUIAST ( mars 1996)

index BB

Le Conseil municipal et le Maire de la commune de N. ont eu une bonne idée, bien dans l'air du temps, consacrer un important crédit (quelques dizaines de millions de Francs) à la construction d'une médiathèque.

Vous vous réjouissez, vous pour qui les réseaux, notamment sous la forme immédiatement accessible de l'Internet,  contribueront à former les citoyens aux métiers de demain (ou plus simplement à mieux les informer de ce qui se passe en dehors de chez eux). Vous êtes certains que, dans cette médiathèque, une part très large sera faite à  votre enfant chéri, l'Internet.

Vous imaginez des rangées de micro-ordinateurs connectées, animés par de nombreux volontaires, enrichis de plaisants didacticiels, et fréquentés par tous les jeunes et moins jeunes, désoeuvrés ou pas, de la commune. Vous vous représentez, dans un court délai, l'ouverture de sites WEB où toute cette population pourra offrir au monde entier, ébloui, les multiples produits multi-média francophones (ou, pourquoi pas, bretonnophones, catalanophones, alsatianophones...) qu'elle n'aura pas manqué de réaliser grâce aux outils conviviaux  et à l'expertise qui leur aura été ainsi généreusement dispensés par la municipalité.

Vous en êtes d'autant plus persuadés que, vous le savez, la dépense à consentir pourra rester fort modeste, le seul investissement sérieux à prévoir  portant sur l'imagination et la bonne volonté.

Hélas, trois fois hélas!

La médiathèque réalisée est un très beau bâtiment, tout en verre et acier, faisant honneur tant à son architecte qu'à son maître d'ouvrage et à son maître d'oeuvre. Une bien belle médiathèque en vérité!

A l'intérieur, des livres et des revues, il en faut. Des CD-Rom, pourquoi pas?

Quelques micro-ordinateurs d'âge et de configuration incertaine, avec des consoles de jeux en quantité non négligeable. Ne cherchez pas d'assistants, de simples préposés, il n'en est pas besoin. Les enfants, aujourd'hui, chacun le sait, savent utiliser l'informatique et les consoles de jeux bien mieux que les adultes.

D'Internet, point. Si. Renseignement pris, il est possible de se connecter,  sur une machine spécialement équipée, à des heures et selon des conditions qui paraissent conçues pour décourager l'utilisateur le plus averti. Le Fournisseur d'Accès (IAP) retenu est exotique, je dirais inconnu au bataillon: le plus mal équipé en lignes téléphoniques, le moins ergonomique possible -tout en anglais évidemment.

....

Ne soyez-pas trop tristes, ô vous , fanatiques ou simplement curieux d'Internet. En face, un cyber-café s'est ouvert, qui ne doit rien aux crédits communaux (il contribue au contraire par le paiement d'importantes taxes locales, à l'équilibre du budget municipal, fortement obéré par la belle médiathèque). Le cyber-café ne désemplit pas. C'est donc dans ce lieu de convivialité, comme l'on dit, que nous nous donnerons rendez-vous, pour construire l'avenir.