accueil admiroutes

  Si c'était un informaticien...
  par Jean-Paul Baquiast et Anne Bedel
(Janvier 1997)

 index BB
 

A priori, l'informaticien devrait être le premier à promouvoir les applications de l'Internet et de l'Intranet, compte-tenu des simplifications apportées, non seulement à l'utilisateur, mais au spécialiste de l'informatique. L'on ne sache pas en effet que beaucoup d'informaticiens souhaiteraient revenir aux joies de la programmation en assembleur.

Hélas, les choses ne sont pas si simples. Le Bêta-bloquant frappe, plus souvent qu'il ne faudrait, chez les informaticiens. NB : avant d'aller plus loin et provoquer la grève d'une  corporation qui peut bloquer la sortie des feuilles de paye (auxquelles nous sommes tous attachés), soulignons qu'il ne s'agit que de cas extrêmement rares, qui ne se rencontrent évidemment pas dans notre entourage.

Il est difficile d'établir une typologie des manifestations du bêta-bloquant chez l'informaticien, car ce dernier, outre sa compétence indiscutable, est doté d'un langage abscond, ne permettant pas toujours de démêler ce qui, dans ses réserves ou critiques à l'égard de l'Internet, relève de l'objection pointue mais fondée, ou d'une forme de bêta-blocage rustique, d'autant plus pernicieuse qu'elle se dissimule sous un argumentaire technique.

Pour préciser cependant, l'on peut distinguer deux grandes catégories de victimes du mal: les informaticiens simples (appelés quelquefois analystes ou programmeurs) et les informaticiens compliqués (dits aussi souvent ingénieurs).

Chez les informaticiens "simples", le bêta-bloquant sévit le plus souvent de façon chronique et, dirions-nous.endogène (c'est-à-dire liée à la personnalité profonde du sujet). Il s'agit d'une sorte de rejet systématique de tout ce qui associe les caractères suivants: -être nouveau -n'avoir pas été développé par le locuteur -pouvoir être utilisé sans son intervention permanente -et finalement, peut-être, menacer, sinon son emploi, du moins une part de son assise professionnelle et sociale.

Si l'on suggère à l'informaticien ainsi enfermé dans le rejet qu'il pourrait réaffermir cette même assise en prenant la tête de la révolution  Internet (si ces mystères nous dépassent, feignons d'en être l'instigateur), notre interlocuteur fait appel aux arguments courants du langage bêta-bloquant, résumés dans le dictionnaire français-bêta-bloquant présenté par ailleurs dans ces chroniques. N'y revenons pas. L'informaticien changera, mais tout doucement. Il ne faut pas le brusquer. Le remède serait pire que le mal.

Les symptômes de l'affection bêta-bloquante chez l'informaticien "compliqué" sont différents. En bon ingénieur, l'informaticien compliqué a tout compris de l'Internet, de son passé comme de son futur (au moins en ce qui concerne ses aspects techniques, car il éprouve plus de difficultés à mettre en formules ses aspects sociétaux).

Mais cette compréhension ne le transforme pas en adepte. Autant il peut s'intéresser à un ouvrage fondamental sur les langages hypertextes, autant il montre du dédain pour les applications modestes de l'hypertexte que nous évoquons avec lui. Il est vrai que l'ingénieur, notamment dans l'administration, où les moyens techniques restent marqués du sceau de l'économie, est souvent frustré.

Aux perspectives d'un Internet de terrain, nécessairement rudimentaire, l'informaticien compliqué objectera le manque de puissance des processeurs, le manque de débit des lignes, le manque de souplesse des langages, bref beaucoup de manques d'où il résulte que l'outil est encore inutilisable.

Malheureusement, comme les revues techniques que lit notre homme présentent constamment de nouveaux développements, plus séduisants les uns que les autres, et toujours hors de portée d'un service informatique moyen, la frustration demeure.

L'informaticien ingénieur retourne donc à ses travaux (dont on ne nie d'ailleurs pas ici l'utilité) visant à optimiser les architectures de réseau et les systèmes d'exploitation de son centre informatique. En ce domaine, il a toutes les cartes en main. Nul utilisateur incompétent ne vient lui faire de demandes oiseuses. Nul d'ailleurs n'est capable de dire ce à quoi il s'occupe exactement.

Les chroniques du bêta-bloquant
http://www.admiroutes.asso.fr/action/bb/informat.htm
droits de diffusion