L'administration vous renseigne

par Anonyme
(Histoire vraie, tirée des cahiers de doléances)

index BB
http://www.admiroutes.asso.fr/action/bb/guichet.htm
18 juin 1999
Pour tâcher de faciliter l'obtention d'un nouveau visa (3 mois maxi) pour ma fiancée étrangère, entre autres innombrables documents et attestations, j'avais demandé à la Mairie de remplir un certificat d'hébergement. Pas de chance, juste à ce moment-là, le formulaire change, il s'appellera désormais "attestation d'accueil", ce qui est bien mieux.

- la Mairie m'annonce froidement que ce document n'est pas encore disponible, parce que "l'Imprimerie Nationale est débordée" et ne peut pas fournir. Quand sera-t-il disponible? On ne sait pas (ma fiancée doit partir dans une semaine). Puis-je demander ce formulaire dans la mairie voisine? Pas question: des séries numérotées sont attribuées à chaque mairie. Puis-je faire une déclaration sur l'honneur et sur papier libre? Horreur! vous n'y pensez pas.

- quelques jours après, téléphone de la Mairie (miracle!) : le formulaire est arrivé. Il est très luxueux, filigrané, numéroté en effet, c'est du beau boulot. L'employée qui me le fait remplir en sa présence (une autre que la première) me laisse entendre à demi-mot que "les mairies qui en ont fait la demande à temps ont été servies les premières (sous-entendu: ma mairie n'avait pas fait la demande). Ma fiancée s'embarque pour son pays avec 500g de paperasses diverses et variées. L'Ambassade de France apposera son cachet dans la case idoine. Tout va bien.

- Retour en France. En raison des sommes considérables que nous avons déjà perdues en démarches inutiles, nous avons décidé que ma fiancée rentrerait en autocar .Passage de la frontière polono-allemande, apposition d'un vague tampon "Schengen" sur son passeport, mais les Allemands se fichent de l'attestation d'accueil française, bien entendu. Passage de la frontière belgo-française, pas un képi à l'horizon, comme de juste. Résultat, à l'arrivée, nous constations avec désolation que la case réservée au tampon à apposer à "l'entrée sur le territoire" est restée désespérément vierge. Détail? Je n'en suis pas sûr.

Mon frère a passé 48 heures en prison en Turquie parce que la police des frontières avait "oublié" d'apposer son cachet à l'entrée sur le territoire, et moi-même j'ai eu les plus grandes difficultés à ressortir d'Afghanistan (il y a longtemps) pour les mêmes raisons. Ne rigolez pas, l'administration française n'est pas spécialement plus évoluée ni plus compréhensive que ses consoeurs turques ou afghanes. Donc, nous, bons citoyens prudents, nous décidons de nous renseigner: où obtenir ce tampon pour être en règle?

- déplacement à la mairie qui a émis le document: ah non, ce n'est pas notre problème, nous on ne fait que la délivrance. Qui alors? Silence. Peut-être la préfecture. Ou la sous-préfecture.  

- commençons par le commissariat de police (c'est à côté). Explication du cas. Flics et employés totalement perplexes. "Revenez lundi, on demandera au chef d'ici là".

- rebelote lundi. "Non, vraiment, nous n'en avons aucune idée. Oui, essayez à la sous-préfecture."

- téléphone à la sous-préfecture. Près de cinq minutes de sonneries dans le vide, puis réponse: "Ecoutez, je ne peux absolument pas vous dire. Essayez au Ministère des Affaires Etrangères". Me donne le numéro.

- téléphone au Ministère. Difficultés de compréhension de la standardiste. Finit par me donner le numéro du standard "administratif" du Ministère (ce n'est pas le même). Nouvelle communication à payer.

- standard administratif du Ministère: me donne un autre numéro, "à Nantes". Tiens, dans le passé, on avait déjà essayé de nous balancer sur Rennes, ils aiment bien envoyer les citoyens en Bretagne, au Ministère.

- téléphone à Nantes. Je précise que c'est le Ministère à Paris qui m'envoie à eux. Réponse courroucée et incompréhensible, où je distingue vaguement les mots "on ne fait que les visas" et "secteur 4" avant qu'on ne me raccroche fermement au nez. C'est quoi, "secteur 4"? Un mot de passe ? Mystère.

- retéléphone au standard administratif du Ministère à Paris. Me propose le Service des Légalisations, avec ses horaires (il se trouve que je les connais déjà fort bien, et je doute fort que ce soit eux qui soient compétents). Je renote, à tout hasard.

- téléphone tout de même à la Préfecture, Service des Etrangers. Dix minutes, montre en main, à laisser sonner, ponctuées par les 4 Saisons de Vivaldi version synthé et de temps à autre, un erratique "ne quittez pas". C'est moi qui paye la communication,

j'abandonne. (J'avais eu le même problème pour un autre cas avec la Sous-préfecture, de guerre lasse je m'étais déplacé (une demi-journée de travail + 5 litres d'essence perdus) pour m'entendre dire, en cinq minutes de conversation, que ce n'était pas eux qui étaient compétents, mais l'Ambassade de France).

Voilà où j'en suis. Dois-je prendre une nouvelle demi-journée de travail pour retourner au Service des Légalisations? Peut-il (logiquement) s'agir d'une autre administration (la gendarmerie? la police des frontières?) Si quelqu'un peut me renseigner efficacement,ma reconnaissance lui sera acquise jusqu'à la septième génération incluse.

droits de diffusion