accueil admiroutes


Si c'était le chef d'un service de banques de données

par Jean-Paul Baquiast
(
7 juin 1997

index BB

Pendant des années, il s'est battu, seul au milieu des papivores (les mulots de l'époque) pour mettre en place un système de documentation administrative sur ordinateur. Il a tout connu: les études interminables de sociétés de service ignorant définitivement les besoins d'ergonomie des utilisateurs, les serveurs extérieurs dont il fallait changer en catastrophe pour raison de dépôt de bilan, les manifestations d'humeur sinon les grèves perlées de ses documentalistes, l'insatisfaction rémanente (mais feutrée, peut-on déplorer l'inéluctable?) des usagers, la suspicion mêlée d'indulgence des chefs et bien entendu la nécessité d'apprendre et de désapprendre à manier des logiciels documentaires plus compliqués les uns que les autres.

Il a pourtant survécu, vieillissant sous le harnais, pas satisfait au fond mais portant beau quand même. Il est devenu un spécialiste incontournable, à la tête d'une arborescence de bases de données dont il est seul à détenir la clef. Il participe sans en manquer un aux innombrables sessions et séminaires rassemblant ses homologues. Il n'y parle pas beaucoup, généralement même pas du tout, car il a un peu perdu le fil de son action, dont il a renoncé, dès le début, à évaluer l'indice de satisfaction.

Récemment, il s'est laissé tenté par le démon du commerce, non pas à son profit (horresco referens) ni même à celui de son service, mais par volonté de bien faire, en faisant moderne. Nul n'y gagne évidemment, pas le client qui doit payer ce qui était auparavant gratuit, pas davantage le service qui dépense davantage à calculer et percevoir les droits (ou à gérer les relations avec un concessionnaire) qu'à fournir de l'information gratis. Mais il peut dorénavant élargir la sphère des symposiums auxquels il participe, sur le thème de la commercialisation des données publiques.

Or voilà que les participants à ces séminaires se trouvent du jour au lendemain envahis par des iconoclastes qui expliquent, preuves à l'appui, qu'avec Internet et Intranet une bonne partie de ce temps et de cet argent dépensés ne sera plus utile à l'avenir. Il faut, leur dit-on, balancer en vrac sur le Net l'information et le document dès leur sortie du traitement de texte. Des automates de recherche, des agents intelligents, iront chercher là-dedans ce dont a besoin l'utilisateur, au moindre coût et dans le plus court délai. Il y a un peu de provocation dans ces discours, mais le mur de Berlin n'est pas tombé tout seul.

On met sous le nez de notre homme l'exemple de grands pays qui procèdent systématiquement ainsi, où l'information de base est gratuite, livrée à tous, et qui ne s'en portent pas plus mal, au contraire (ce sont des champions dans la création d'emplois nouveaux). Dans ces pays, le documentaliste n'a pas disparu, mais il exerce des métiers autrement plus difficiles que le collationnement de données élémentaires: l'information sur l'information, l'intelligence économique, tous métiers qui élèvent évidemment le niveau de l'agent comme celui du service, et qui trouvent sans difficulté clients à l'extérieur.

Que va faire notre chef du service des banques de données?

Va-t-il suivre, voire précéder le torrent d'innovations qui l'entraîne? Va-t-il au contraire résister de toutes ses forces, créant un ilot de béta-blocance qui tiendra peut-être, avec de la chance, un an ou deux - au risque évidemment d'entraîner la disparition du service tout entier?

Va-t-il, lui si courtois d'habitude, devenir agressif, expliquer à ses interlocuteurs qu'ils ne savent pas de quoi ils parlent, qu'ils ne connaissent ni l'administration, ni la documentation, ni les coûts et lourdeurs de l'une comme de l'autre? Va-t-il se faisant rassembler derrière lui d'autres béta-bloquants dans son genre, tout heureux de se sentir légitimés?

Je vous  laisse répondre à cette question? Je préfère pour ma part ne pas vous dire ce que je pronostique. D'ailleurs, les mulots, comme toutes les espèces vivantes au sein de l'implacable sélection darwinienne, peuvent parfois bénéficier de mutations permettant leur adaptation au moindre coût?

Les chroniques du bêta-bloquant
http://www.admiroutes.asso.fr/action/bb/doc.htm
droits de diffusion